MAROC
31/01/2016 10h:53 CET | Actualisé 31/01/2016 11h:01 CET

Après le blocage de son cabinet gratuit, Zouhair Lahna répond à Houcine El Ouardi

DR

SANTÉ - La polémique enfle autour du blocage par le ministre de la Santé de l'ouverture du cabinet médical gratuit Injab. Zouhair Lahna, médecin humanitaire auréolé par la presse pour ses actions auprès des victimes de la guerre en Syrie et en Palestine, avait en effet ouvert le 15 janvier un cabinet situé entre les quartiers Oulfa et Hay Rahma et destiné aux réfugiés et aux Marocains en situation précaire qui peuvent venir y recevoir des soins médicaux entièrement gratuits.

Si l’initiative a été largement saluée par la société civile, elle n’a pas été du goût du ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, qui s’est empressé au lendemain de l’ouverture du centre de lui envoyer une inspection.

La raison (officielle)? "Ni le ministère de la Santé ni le Conseil de l’ordre des médecins n’a reçu une demande d’autorisation pour l’ouverture de ce dispensaire. Il s’agit d’un exercice illégal de la profession. D’autant que cela favorise aussi la concurrence déloyale vis-à-vis des médecins et hôpitaux qui payent des impôts", expliquait au HuffPost Maroc le ministre de la Santé.

LIRE AUSSI:Le ministère de la Santé bloque l'ouverture d'un cabinet gratuit pour les réfugiés

Une version démentie par le docteur Zouheir Lahna, dans une tribune publiée ce dimanche sur sa page Facebook. Après avoir rappelé que le fait d’"octroyer des consultations et offrir des médicaments à des nécessiteux n’est pas interdit par la loi (…) La loi punit en cas de non assistance à une personne en danger et cette punition est proportionnelle au degré de son savoir médical", le Dr Zouhair Lahna démontre, preuve à l’appui (voir la capture d'écran ci-dessous), qu’il est bel et bien inscrit à l’ordre des médecins.

lahna

"En parallèle à l’ouverture du cabinet, j’ai déposé auprès de l’Ordre régional des médecins de Casablanca un dossier de transfert de lieu d’exercice au cabinet Injab sis Farah Salam (…) Le ministre de la Santé devrait s’entourer de meilleurs conseillers pour vérifier la véracité des faits qu’il avance en public", lit-on dans ce texte largement partagé sur les réseaux sociaux.

LIRE AUSSI:

Galerie photoSOS hôpitaux marocains en détresse Voyez les images