MAROC
29/01/2016 12h:56 CET | Actualisé 29/01/2016 12h:57 CET

Loi sur les "petites bonnes": Report de la séance de vote des amendements

Loi sur les "petites bonnes": Report de la séance de vote des amendements
DR
Loi sur les "petites bonnes": Report de la séance de vote des amendements

ESPOIR - Alors qu'un député de la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants a indiqué, au HuffPost Maroc, que la séance consacrée au vote des amendements et à l'approbation, en commission, du projet de loi 19.12 relative aux travailleurs domestique se tiendra lundi 1er février, il s'avère, après prise de contact avec d'autres parlementaires de la commission, que la séance destinée au vote du projet de loi par la Commission des secteurs sociaux ne sera finalement pas tenue lundi. La date de tenue de ladite séance n'a, pour l'instant, pas encore été arrêtée.

D'ici là, des parlementaires, du Parti du progrès et du socialisme (PPS) notamment, militent activement pour que les autres partis de la majorité rallient le camp de ceux qui défendent l'âge de 18 ans comme âge minimum du travail domestique, proposition défendue par les partis de l'opposition et le PPS, alors que le groupe parlementaire du Parti justice et développement (PJD), ainsi que d'autres groupes de la majorité, souhaitent fixer l'âge minimum du travail domestique à 16 ans.

Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) -qui considère que "la nature et les conditions dans lesquelles s’exerce le travail domestique, au moins dans le contexte marocain, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant"-, le Conseil économique, social et environnemental (CESE), ainsi que plusieurs ONG, dont le Collectif associatif pour l’éradication du travail des petites bonnes, estiment que les dispositions du texte sont insuffisantes pour protéger les enfants, et ont demandé, eux aussi, de relever l’âge minimum à 18 ans.

LIRE AUSSI:

Galerie photoLe quotidien d'enfants syriens au Liban Voyez les images