TUNISIE
28/01/2016 14h:27 CET | Actualisé 28/01/2016 14h:27 CET

La Tunisie veut interdire les sacs en plastique pour protéger l'environnement

A fisherman prepares his net on the shores of the Arabian Sea, littered with plastic bags, in Mumbai, India, Thursday, Oct. 1, 2015. Thursday marks one year since Indian Prime Minister Narendra Modi launched the "Swachh Bharat Abhiyaan" or "Clean India Mission." (AP Photo/Rafiq Maqbool)
ASSOCIATED PRESS
A fisherman prepares his net on the shores of the Arabian Sea, littered with plastic bags, in Mumbai, India, Thursday, Oct. 1, 2015. Thursday marks one year since Indian Prime Minister Narendra Modi launched the "Swachh Bharat Abhiyaan" or "Clean India Mission." (AP Photo/Rafiq Maqbool)

La Tunisie veut interdire les sacs en plastique pour protéger la "diversité biologique" du pays et mettre fin à la "pollution visuelle" qu'ils constituent, a déclaré jeudi à l'AFP un responsable du ministère de l'Environnement.

Le ministère "a préparé un décret réglementaire concernant l'interdiction d'exporter, de distribuer et de fabriquer des sacs en plastique non biodégradables (...), qui va être présenté au gouvernement puis au Parlement", a déclaré à l'AFP le directeur de la division de la qualité de vie au ministère, Hédi Chbili.

Si le ministère a promis d'interdire "d'ici le mois de mars l'usage des sacs en plastique", M. Chbili a précisé que cette interdiction serait "progressive".

Elle concernera d'abord les sacs en plastique distribués gratuitement, dans les supermarchés, a-t-il précisé.

"En Tunisie, un milliard de sacs en plastique sont utilisé chaque année", dont un peu moins de la moitié dans les supermarchés, a-t-il dit.

"Il faut à ces sacs des centaines d'années pour se dégrader dans la nature. Ils détériorent la vie dans les villes comme à la campagne et ont un impact négatif sur de nombreuses espèces marines comme les tortues", a-t-il fait valoir, en précisant que le but de cette mesure était notamment de "protéger la diversité biologique" et de "mettre fin à la pollution visuelle".

Sans compter, a ajouté M. Chbili, que le fait de brûler ces sacs en plastique "provoque l'émission de gaz dangereux".

Depuis sa révolution en décembre 2011, la Tunisie connaît un problème récurrent de ramassage d'ordures. Dans certaines régions, des habitants en sont réduits à mettre le feu à leurs déchets enfermés dans des sacs en plastique.

Il n'est pas rare non plus de voir dans les campagnes des champs et des arbres couverts de sacs en plastique.

M. Chbili a affirmé que les usines de plastique allaient s'adapter pour produire un type de matière "ne nuisant pas à l'environnement".

Plusieurs pays dans le monde tentent actuellement de limiter l'usage des sacs plastique. En France par exemple les sacs plastiques à usage unique devraient être prohibés en mars.

Au Royaume-Uni, la législation impose de faire payer les utilisateurs de sacs plastiques, afin de tenter de réduire leur utilisation.

Les municipalités de l'agglomération montréalaise, qui abrite la moitié de la population du Québec, ont elle décidé d'interdire l'usage des sacs plastiques non biodégradables à compter de 2018.

L'utilisation massive de plastiques est telle que les océans abriteront plus de détritus plastiques que de poissons en 2050, s'est alarmé récemment le forum économique mondial de Davos.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.