MAROC
28/01/2016 08h:58 CET | Actualisé 28/01/2016 09h:03 CET

La "Déclaration de Marrakech" appelle à revoir les programmes éducatifs religieux

La "Déclaration de Marrakech" appelle à revoir les programmes éducatifs religieux
DR
La "Déclaration de Marrakech" appelle à revoir les programmes éducatifs religieux

RELIGION - Raffermir les liens avec les minorités religieuses et écarter les discours haineux à leur encontre. Tel est l'objectif visé par la "Déclaration de Marrakech", un texte énoncé mercredi 27 janvier dans le cadre du Congrès sur les droits des minorités religieuses dans les pays musulmans.

Organisé pendant trois jours dans la ville ocre sous la houlette du ministère des Habous et des affaires islamiques, et ouvert par un discours remarqué du roi Mohammed VI lundi, le congrès rassemblait plusieurs centaines de dignitaires et savants musulmans originaires des quatre coins du monde.

"Reconstruire le passé"

Dans le texte de la "Déclaration de Marrakech" (disponible en ligne en anglais et en arabe), les participants au congrès ont appelé les différentes communautés religieuses, unies par le même lien national, à "reconstruire le passé" en "soignant les traumatismes" liés notamment à "l'occultation de siècles de vie commune sur la même terre".

Ils exhortent aussi les institutions et les autorités éducatives musulmanes à effectuer "un examen courageux des programmes d'enseignement afin de retirer de manière honnête et efficace tout matériel incitant à l'extrémisme, conduisant à la guerre et au chaos, et entraînant la destruction de nos sociétés partagées".

Dans un contexte marqué par la montée en puissance de l'extrémisme religieux et de groupes terroristes comme Daech, ils appellent également la communauté internationale à édicter des lois criminalisant les offenses faites aux religions, les atteintes aux valeurs sacrées et les discours d'incitation à la haine et au racisme, et rappellent l'interdiction d'instrumentaliser la religion dans le but de priver les minorités religieuses de leurs droits dans les pays musulmans.

Une jurisprudence sur la notion de citoyenneté

Les dignitaires religieux demandent enfin aux spécialistes et intellectuels musulmans du monde entier "de développer une jurisprudence sur la notion de 'citoyenneté' incluant divers groupes". Cette jurisprudence "doit être ancrée dans la tradition et les principes islamiques et consciente des changements globaux", indiquent-ils.

La "Déclaration de Marrakech" s'appuie sur le modèle de la "Charte de Médine" élaborée au VIIe siècle et qui visait à établir un pacte de paix entre les musulmans et les autres croyants monothéistes, contenant plusieurs principes comme la liberté de culte, de mouvement et de posséder des biens, ou encore le principe d'égalité devant la loi.

L'organisation du congrès sur les minorités religieuses à Marrakech intervient à un moment où le Maroc entend promouvoir un "islam du milieu", en formant notamment des imams étrangers, et se positionner en maillon fort dans la lutte contre l’extrémisme religieux.

Galerie photoLe Congrès sur les droits des minorités religieuses dans les pays musulmans Voyez les images

LIRE AUSSI: