MAROC
28/01/2016 11h:04 CET | Actualisé 28/01/2016 11h:14 CET

El Khalfi: "Les enseignants stagiaires doivent revenir aux cours après les vacances, sinon, l'année sera perdue"

DR

GREVES - Plus que jamais, le risque de l'année blanche menace les enseignants stagiaires. Alors que le dialogue entre eux et le gouvernement est au point mort, l’exécutif durcit le ton.

"Le gouvernement demande aux enseignants stagiaires de revenir aux cours au plus tard après les vacances. Sinon l'année sera perdue". L'ultimatum a été lancé par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi, lors d'une conférence de presse tenue en marge du Conseil du gouvernement du jeudi 28 janvier.

Emploi direct pour deux promotions seulement

Alors que les enseignants stagiaires demandent l'annulation pure et simple des deux décrets déposés début octobre par le ministère de l'Education, décrets qui suspendent l'emploi direct des enseignants stagiaires dans l'enseignement public après leur passage au CRMEF, et qui réduisent de moitié leur bourse (de 2.450 dirhams à 1.200 dirhams), le gouvernement, a, lui, proposé l'emploi direct des deux prochaines promotions d'enseignants, la première en septembre 2016, la seconde en janvier 2017.

Souffler le chaud et le froid?

Dans une déclaration accordée hier, mercredi 27 janvi,r au site internet du Parti de la justice et du développement (PJD), le ministre chargé du Budget Driss Azami Idrissi a affirmé, de son coté, que les portes du gouvernement "seront toujours ouvertes pour le dialogue avec les enseignants stagiaires". S'il insiste sur le fait que "les décrets seront maintenus", il estime que les "négociations se poursuivront jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée."

Galerie photoLes enseignants stagiaires manifestent à Rabat (24 janvier 2015) Voyez les images

LIRE AUSSI: