TUNISIE
28/01/2016 12h:49 CET

Tunisie: (Re)lancement d'un site pour dénoncer les dépassements dans l'administration publique

anticorruption-idara.gov.tn

"Bienvenue sur le site électronique dédié au signalement des cas de corruption administrative et des abus commis par les administrations publiques centrales de l'État (...), des autorités locales, des institutions et des établissements publics".

Voilà ce qui est écrit sur la page d'accueil du site destiné à dénoncer la corruption dans les administrations publiques appelé anticorruption-idara.gov.tn.

Créé en 2012, "il a subi une refonte car il n'a pas été mis à jour" affirme au HuffPost Tunisie un membre de la direction chargée de la réforme administrative. "Nous avons rencontré beaucoup de dysfonctionnement. Avec la coopération du programme des Nations Unies pour le Développement, il a été 'ré-operationnalisé' ".

Rattaché à la présidence du gouvernement et placé sous l'égide du ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, le site permet de dénoncer à travers un formulaire à remplir les cas de corruption, de falsification, de favoritisme, de détournement de fonds ou encore de violations d'obligations professionnelles de fonctionnaires publics.

Pour ce faire, la charte d'utilisation du site impose des obligations aux utilisateurs mais aussi à la direction chargée de traiter les déclarations de corruption.

Ainsi selon la charte, la personne qui dénonce devra être une personne victime ou qui a vu un acte de corruption, agissant de bonne foi sans attendre de récompense. Quant à la direction du ministère, elle s'engage à respecter la confidentialité des déclarations, de protéger l'identité du plaignant à moins d'une demande émanant des autorités judiciaires, de ne pas enregistrer les adresses IP des plaignants et de faire le nécessaire en matière de notifications et de suivi de la plainte.

Le formulaire à remplir, vous demande de sélectionner le type de dépassement observé (corruption, falsification...), la nature de l'organe concerné (autorités locales, institutions publiques...), le gouvernorat ainsi que le nom de la structure.

À la suite de cela, vous devrez expliquer à travers un texte ne dépassant pas 600 caractères le dépassement observé. Des documents peuvent même être téléchargés comme preuves.

corruption

Une fois le formulaire rempli, le site vous propose de créer un compte avec votre adresse mail et vous donne un numéro secret qu'il faudra garder précieusement afin de suivre votre demande.

capture écran

Votre compte créé, vous pourrez dès lors suivre le traitement de votre demande.

S'il est facile à utiliser, le site n'est pour l'instant qu'en langue arabe, chose qui pourrait poser problème aux francophones souhaitant déclarer un acte de corruption. Joint par le HuffPost Tunisie, la direction rattachée au ministre chargé de la réforme administrative affirme qu'"une version française du site est en cours", sans préciser de dates.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.