ALGÉRIE
28/01/2016 03h:48 CET | Actualisé 28/01/2016 03h:53 CET

Algérie Télécom n'augmentera pas les tarifs de l'Internet et ne bloquera pas Skype, WhatsApp et Viber

Azouaou Mehmel avec la ministre des PTIC Imane-Houda Feraoun
Facebook Algérie Télécom
Azouaou Mehmel avec la ministre des PTIC Imane-Houda Feraoun

Algérie Télécom n’envisage pas d’augmenter les tarifs de l’internet ni de bloquer l’accès à Skype, WhatsApp ou Viber, affirme le PDG du groupe Azouaou Mehmel. Selon lui, si un client constate un "étranglement" dans la connexion au réseau, cela ne peut qu’un "problème technique."

Après avoir lancé une bibliothèque numérique en trois versions, l’opérateur historique de téléphonie, Algérie Télécom, compte investir davantage l’industrie du contenu en 2016 en lançant le service de vidéo à la demande (VOD), at-il annoncé mercredi 27 janvier lors de l'émission "L'invité du direct" de Radio M.

Selon Azouaou Mehmel, ce service sera disponible avant la fin du premier semestre de l’année en cours. "Nous sommes très avancés sur ce projet, qui peut intervenir bien avant cette échéance. Nous avons commencé avec un partenaire local, la Télévision algérienne, qui dispose d’un important catalogue, avant d’aller vers un autre fournisseur pour le contenu international" a-t-il déclaré.

"Il y aura un contenu gratuit et un autre payant", a-t-il précisé. Algérie Télécom se concentre actuellement sur la généralisation de l’accès à internet, en accompagnant le programme des pouvoirs publics, ainsi que sur l’amélioration de la qualité de service. "Mais le développement de contenus et de services à valeur ajoutée est aujourd’hui un impératif pour tout opérateur du fixe", a-t-il expliqué.

"Pas d’augmentation de tarifs"

Azouaou Mehmel estime que les besoins des consommateurs évoluent très vite à tel point que la bande passante, qui est de 505 Gbps, devra doubler d’ici deux années. C’est pourquoi, a-t-il expliqué, il faut aller vers le développement d’un contenu local.

Au sujet de l’évolution très rapide de la consommation de la bande passante internationale, il a indiqué qu’Algérie Télécom n’augmentera pas ses tarifs actuels ni ne procédera à la limitation de l’accès. Pour lui, si un client constate un "étranglement" dans la connexion au réseau, cela ne peut qu’un "problème technique."

Le PDG d’Algérie Télécom a nié toute volonté de bloquer l’accès à la téléphonie gratuite sur internet des OTT (Over the top) tels que Skype, WhatsApp, Viber. "Ce n’est pas à l’ordre du jour", a-t-il assuré, reconnaissant, néanmoins, que ces OTT causent des dégâts aux opérateurs de téléphonie mobile.

Il a révélé, dans ce sens, que le débat sur l’impact des OTT sur les opérateurs de téléphonie mobile est lancé au niveau de l’Union internationale des télécommunications.

Assainissement et la modernisation du réseau d’accès

Par ailleurs, Azouaou Mehmel a abordé le plan d’investissement du groupe, qui va dépasser les 46 milliards de DA en 2016, focalisé en priorité sur l’assainissement et la modernisation du réseau d’accès. Il a justifié ce gros montant par l’énorme déficit en infrastructures réseau que l’Algérie doit résorber.

LIRE AUSSI : La mobilité gagne du terrain, mais l'ordinateur de bureau domine toujours

Ce rattrapage est d’autant plus important vu l’étendue du territoire national. Selon lui, 70.000 km de câbles de fibre optique ont été posés avec une cadence de 10.000 km par an.

Pour Azouaou Mehmel, Algérie Télécom se focalise actuellement sur le marché intérieur, mais reste à l’affût d’opportunités au niveau international, notamment sur le marché africain. Il a cité notamment le câble qui doit relier Alger à Abuja (Nigéria) et qu’Algérie Télécom pourrait réaliser avec l’ambition de faire de l’Algérie "un nœud d’accès au niveau d’échange internet" pour une partie de l’Afrique.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.