TUNISIE
26/01/2016 06h:07 CET | Actualisé 28/02/2016 07h:59 CET

Tunisie: Le surpoids et l'obésité, deux risques sanitaires persistants

Part of a <a href="http://www.flickr.com/photos/aoisakana/165445144/">story</a>.
www.youtube.com
Part of a <a href="http://www.flickr.com/photos/aoisakana/165445144/">story</a>.

OBÉSITÉ - Environ 50% des enfants de 8 ans souffrent d'un problème de surpoids dans la région de Bizerte, 27 % d'entres eux sont obèses, a déclaré à la TAP, Habiba Ben Amor Triki, directrice de la santé scolaire et universitaire au ministère de la Santé.

L’Institut national de Nutrition et de Technologie Alimentaire (INNTA) a effectué une étude en 2014 qui cible la ville de Bizerte et de Mahdia comme des régions échantillons représentatives de la portée du phénomène de l'obésité dans le pays.

"L’obésité abdominale commune était répandue et touchait à peu près le tiers de la population estudiantine âgée de 20 à 25 ans de ces deux villes", a déclaré Leila Alouane, chef du Service Formation à l’INNTA au HuffPost Tunisie.

Autre élément que dévoile cette étude: "Le risque de surpoids augmente avec le niveau économique du ménage alors que le risque de la maigreur ou de l’obésité n’est pas associé à l’environnement économique du ménage", a ajouté Leila Alouane.

Ce phénomène est mondial. En effet, d’ici 2030, 3 milliards d’adultes seront en surpoids, 80% dans le monde en développement. À l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité a doublé depuis 1980. En 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes – personnes de 18 ans et plus – étaient en surpoids. Sur ce total, plus de 600 millions étaient obèses. Ces chiffres sont rendus publics par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Afin de remédier à ce fléau à l'échelle nationale, l’Institut National de Nutrition, sous tutelle du ministère de la Santé, a préparé une stratégie de prévention et de lutte contre l’obésité, échelonnée sur la période 2013-2017.

Ce plan d’action prévoie notamment de rendre obligatoire et lisible l’étiquetage nutritionnel des produits industriels afin de mieux informer les consommateurs ou encore de renforcer l’aménagement et l’équipement de salles de sport en milieu préscolaire, scolaire, universitaire, professionnel et public.

Autre ministère concerné, celui de l'Education nationale, le programme national de la santé scolaire pour l'année 2015/2016 a démarré début janvier à l'école primaire El Menzah 5 à Tunis, en présence des ministres de l'Education, Néji Jalloul et du ministre de la Santé Said Aidi. Il se poursuit dans toutes les régions.

Le programme prévoie un plan de prévention de l'obésité et des maladies qu'elle engendre mais aussi la toxicomanie ou le tabagisme. Par la promotion de l'alimentation saine mais également par des activités éducatives et physiques qui seront proposées aux élèves, dans le cadre du programme tout au long de l'année scolaire.

"L’Etat, conscient des risques sanitaires et du coût économique des troubles alimentaires notamment le surpoids et l’obésité, tend à contrer cette tendance mais chacun de nous doit prendre conscience de ces risques", a renchéri la représentante de l'INNTA.

"Les causes du surpoids et de l’obésité sont multifactorielles"

"Le rythme de vie du Tunisien qui laisse peu de place à l’activité physique, la consommation excessive de produits industriels bourrés de produits chimiques ou des sucreries dès le plus jeune âge favorisent inéluctablement le surpoids et l'obésité et pas seulement. Plus inquiétant encore ce mode de vie concerne les enfants. Les parents ont tendance à privilégier la facilité en donnant à leurs enfants des goûters à base de produits industriels", a renchéri Mariem Sahli, nutritionniste.

"Avant on préparait un gâteau à la maison, c’était préparé beaucoup plus sainement que les sucreries qu’on achète maintenant. C'est la qualité nutritionnelle de ce qu'on mange qui pèse au sens propre comme au sens figuré", a-t-elle renchéri.

L’élément génétique entre en compte également, selon la nutritionniste : "Il y a des gens qui mangent beaucoup sans grossir pourtant".

"Il faut traiter au cas par cas, selon l’histoire de chacun; l’apport du facteur génétique, le rythme de vie, ses troubles psychologiques car tout est lié".

Mariem Sahli recommande une activité physique régulière, 30 minutes de marche par jour, des repas équilibrés, un dîner léger, et des écarts alimentaires pour se faire plaisir une fois par semaine afin d'éviter le piège du surpoids et de l'obésité.

LIRE AUSSI: Selon le ministère de la santé, il faut s'attendre à une catastrophe sanitaire dans 30 ans, si les Tunisiens ne changent pas leur comportement alimentaire

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.