ALGÉRIE
26/01/2016 09h:28 CET | Actualisé 26/01/2016 09h:28 CET

Foot: Les salaires des joueurs du championnat algérien plafonnés à 100 millions centimes

DR

Les présidents des clubs de la Ligue 1 professionnelle, réunis lundi avec le patron de la Fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua, ont décidé à l'unanimité de plafonner les salaires des joueurs à hauteur d'un million de dinars (100 millions centimes), applicable à partir de la saison 2016-2017, a appris l'APS mardi auprès du président du RC Arbaâ, Djamel Amani.

"Au cours de cette réunion, nous nous sommes entendus sur un plafonnement des salaires à hauteur d'un million de dinars. Les clubs seront ainsi appelés à appliquer cette décision à partir de la saison prochaine. Il était temps de trouver une solution à ce problème épineux", a affirmé à l'APS Amani, porte-parole des clubs.

Au cours de ladite réunion, à laquelle ont pris part l'ensemble des représentants des 16 clubs composant l'élite du football national, Raouraoua s'est attardé sur "les gros salaires" accordés aux joueurs, "qui restent la source des problèmes financiers touchant les clubs", selon Amani.

"Fini le temps où le joueur touche 200 ou 300 millions de centimes. Les clubs seront ainsi appelés à rationaliser leurs dépenses", a ajouté Amani, qui prédit que "certains clubs vont certainement user d'autres moyens, illégaux, pour verser à leurs joueurs des salaires dépassant un million de dinars".

La FAF a décidé en 2014 de plafonner les salaires des joueurs professionnels des Ligues 1 et 2 professionnelles, mais sans que cette décision ne soit appliquée sur le terrain.

"Cette mesure va certainement permettre aux clubs de souffler un peu et surtout de revoir à la baisse leur masse salariale", a souligné Amani, qui s'est réjoui de l'accord trouvé avec la CNAS (ndlr, Caisse nationale des assurances sociales) où un barème sera élaboré pour que chaque club puisse s'acquitter de ses obligations envers cet organisme.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.