MAROC
26/01/2016 12h:33 CET | Actualisé 26/01/2016 12h:40 CET

Contre le PAM, le PJD déterre la hache de guerre

Contre le PAM, le PJD déterre la hache de guerre
DR
Contre le PAM, le PJD déterre la hache de guerre

POLITIQUE - Le Parti justice et développement (PJD) n’a pas fini d’attaquer le parti d’Ilyas El Omari. Deux jours seulement après la fin du congrès du Parti authenticité et modernité (PAM), le président du département médias et relations publiques du parti de la lampe, Souleymane El Amrani, a publié un long édito intitulé "Le parti du contrôle, la crise d'un modèle" où il critique sévèrement le devenir de la formation politique créée par Fouad Ali El Himma en 2008.

Dans cette chronique, Souleymane El Amrani accuse Ilyas El Omari, fraîchement élu à la tête du PAM, d'avoir provoqué "des dysfonctionnements dans la vie politique et médiatique, dont elle ne se remet toujours pas". "Il ne faut pas que l'on oublie que ce parti (le PAM, ndlr) est une menace réelle pour la démocratie, les institutions et les choix des Marocains", estime l'éditorialiste qui assure que le PAM mène "une politique machiavélique dans la fabrication des cartes électorales".

Selon le président du département médias du PJD, le PAM a mené plusieurs partis politiques à une crise en "s'immisçant dans leurs affaires internes". El Amrani conclut en lançant un appel direct au PAM: "Il n'y a aucun moyen pour que vous deveniez un vrai parti respecté et utile pour la nation et gratifiant pour le paysage politique marocain".

Ce n'est pas la première fois que des responsables du parti islamiste s'attaquent au PAM ou à son nouveau leader, Ilyas El Omari. En août, à la veille des élections de septembre 2015, Benkirane avait assuré lors d'un meeting à Temara que le "PAM est mort avec le printemps arabe" et que l'argent d'El Omari provient "de liens étroits avec des trafiquants de drogue".

Pour sa part, si El Omari a déjà répondu aux attaques de Benkirane dans le passé, Mohamed Maazouz, considéré comme l'idéologue du parti du tracteur, avait estimé lors d'une rencontre avec la jeunesse du parti, le 19 novembre dernier, qu'il "ne fallait pas répondre aux attaques des responsables du PJD dans le passé", qualifiant ces ripostes de "gaffes au niveau de la communication".

LIRE AUSSI:

Galerie photoLe Congrès du PAM en images (24 janvier 2015) Voyez les images