TUNISIE
25/01/2016 12h:30 CET | Actualisé 14/02/2016 07h:28 CET

Tunisie: Du 24 janvier au 29 février "Views of Tunisia" propose de (re)découvrir la Tunisie vue par 24 photographes différents

Facebook/Hamed Gamaoun

Le pont de Bizerte, un terrain de foot à Jendouba, du street-art à Kairouan... l'exposition "Views of Tunisia" propose de parcourir le pays sous l'objectif de 24 photographes différents.

Du 24 janvier au 29 février, la Maison de l'image, sert de plateforme d'exposition aux 24 gouvernorats du pays.

Véritable "panorama", se voulant être une "fresque de la Tunisie", loin des photographies empreintes d'orientalisme, "Views of Tunisia" se veut plus intimiste, dépourvue de cette image de "carte postale".

Sous la direction artistique de Wassim Ghozlani, "24 photographes tunisiens, de styles, d’expériences et d’âges différents ont eu carte blanche pour 'montrer' ce qu’ils ont ressenti en parcourant, chacun, un gouvernorat de la Tunisie", peut-on lire sur la page Facebook de l'évènement.

tunis

Une des photos exposées présente la capitale. Tunis semble être le terrain de jeu favori de Hameddine Bouali, qui expose depuis 1985. Si récemment, sa série de photos "Ce soir, j'ai rendez-vous avec la pluie", offre une image grisonnante et sombre de la capitale.

Son "Tunis" pour "Views of Tunisia", est un "Tunis en chantier", dit-il au HuffPost Tunisie. Dans le catalogue présenté, images abstraites, des lignées de briques rouges... qui au fur et à mesure, s'élèvent en bâtiments. Parfois, les ouvriers viennent perturber la linéarité des échafaudages de fortune.

Pour Hameddine Bouali, cette série "joue sur la polymorphie du chantier. C'est à la fois quelque chose de très optimiste, car le chantier est la promesse d'une élaboration d'un meilleur futur. Mais ça revêt également un message très pessimiste: les chantiers sont bordéliques, anarchiques".

Loin des chantiers de Tunis, Monastir et ses pêcheurs ravissent Mariem. Sarah, quant à elle, est dubitative devant la photographie de Bizerte: "Je viens de Bizerte, franchement j'aurais aimé voir autre chose que le pont".

monastir

La salle d'exposition n'affiche que 24 photographies, et c'est d'ailleurs ce qui fait défaut à l'exposition d'après Kaouther venue assister au vernissage: "C'est dommage que l'espace n'ait pas permis d'exposer plus de photos que ça", avoue-t-elle.

Les autres photos des photographes sont projetées dans la petite salle de projection de la Maison de l'image. Ces clichés, seront mis à disposition du public à travers l'acquisition d'un coffret de 24 livrets, un par gouvernorat et donc par photographe, sous forme de carnet de voyage.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.