TUNISIE
21/01/2016 14h:27 CET

Tunisie: La contestation sociale était prévisible car "la population ne peut plus patienter" (INTERVIEW)

- FILE - In this July 17, 2014 file photo, a relative of a victim, right, cries outside the hospital of Kasserine, near the Algerian border, after militants in western Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast. The country that kicked off the Arab Spring by overthrowing its dictator in 2011, Tunisia is also the only place where the transition to democracy is on track, even as it battles armed militants, a struggling economy and a deeply divided political class. Voters will head to the ballots on October 26, exactly three years after they put into power a moderate Islamist party. (AP Photo/ Mouldi Kraeim, File)
ASSOCIATED PRESS
- FILE - In this July 17, 2014 file photo, a relative of a victim, right, cries outside the hospital of Kasserine, near the Algerian border, after militants in western Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast. The country that kicked off the Arab Spring by overthrowing its dictator in 2011, Tunisia is also the only place where the transition to democracy is on track, even as it battles armed militants, a struggling economy and a deeply divided political class. Voters will head to the ballots on October 26, exactly three years after they put into power a moderate Islamist party. (AP Photo/ Mouldi Kraeim, File)

Chercheur pour le centre Carnegie, Hamza Meddeb, dit ne pas être "étonné" par la vague de contestation sociale qui a éclaté dans les régions défavorisées de Tunisie, soulignant que la population "ne peut plus patienter" face à l'absence de changements depuis la révolution.

Face à "l'inertie" des pouvoirs publics, "le pays s'embourbe dans une crise sociale" qui "risque de déstabiliser l'expérience démocratique" née du renversement du régime de Zine el Abidine Ben Ali en 2011, prévient M. Meddeb, co-auteur de l' ouvrage "L'Etat d'injustice au Maghreb. Maroc, Tunisie".

Êtes-vous surpris par cette explosion de la contestation?

Hamza Meddeb: "J'étais encore à Kasserine (d'où sont parties les manifestations, ndlr) il y a deux mois et tout cela ne m'étonne pas. La situation est désastreuse, rien n'a changé depuis cinq ans. (...) On a de nouvelles générations qui constatent ça. C'est un problème d'injustice sociale et de corruption.

Il y a beaucoup de corruption dans l'administration, en particulier locale. Beaucoup de clientélisme. Tout cela fait exploser la colère. Les manifestations ont pris et la flamme s'est propagée".

Les premières annonces du gouvernement sont-elles suffisantes?

"Le gouvernement a annoncé des mesures sur l'embauche à Kasserine, dans le but de désamorcer la colère. Mais celle-ci s'est au contraire propagée. Ce sont des mesures à double tranchant.

Ce qu'a eu Kasserine, tout le monde veut l'avoir à présent! Les revendications commencent à gagner beaucoup de régions. Ces petites mesures sont contre-productives et montrent que le gouvernement n'a pas vraiment de plan stratégique, et qu'on est dans une politique à courte vue. Ça fait un an qu'il est en place et rien de concret n'a été fait. Ça lui explose à la figure".

Faut-il alors craindre une dégradation?

"Il me semble qu'on va vers un enlisement de la situation. Les mesures destinées à désamorcer la crise l'alimentent au contraire, et le pays s'embourbe dans la crise. Le malaise social risque de déstabiliser l'expérience démocratique. En Tunisie, il n'y a pas vraiment de mécanisme de régulation des crises sociales, c'est un système politique extrêmement fragile.

Dans le même temps, on a une administration très bureaucratique. Il faut mesurer son inertie. On a par exemple 1,4 milliard de dollars pour les infrastructures qui sont bloqués. Ça n'est pas un problème de financement mais d'exécution.

On a des nominations (dans l'administration locale) de responsables qui étaient en charge sous Ben Ali. On ne répond pas aux besoins de développement avec les pratiques d'un autre temps. La bureaucratie ne peut pas continuer à fonctionner comme sous Ben Ali. La population a patienté pendant cinq ans. Elle ne peut plus patienter".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.