TUNISIE
21/01/2016 06h:11 CET | Actualisé 21/01/2016 06h:42 CET

Tunisie: À Kasserine, un policier est décédé durant la dispersion d'une manifestation

Tunisian riot policemen deploy during clashes following protests after the death of an unemployed man in the central city of Kasserine on January 20, 2016.  Tunisian police fired tear gas and water cannon to disperse hundreds of job-seeking demonstrators in the impoverished town of Kasserine, in a second day of protests. The demonstrators had gathered outside the governorate's offices demanding a solution to the region's dire unemployment before heading towards the town centre, as small groups s
MOHAMED KHALIL via Getty Images
Tunisian riot policemen deploy during clashes following protests after the death of an unemployed man in the central city of Kasserine on January 20, 2016. Tunisian police fired tear gas and water cannon to disperse hundreds of job-seeking demonstrators in the impoverished town of Kasserine, in a second day of protests. The demonstrators had gathered outside the governorate's offices demanding a solution to the region's dire unemployment before heading towards the town centre, as small groups s

Un policier est décédé mercredi soir durant la dispersion d'une manifestation dans la région de Kasserine, dans le centre de la Tunisie, théâtre de vives tensions sociales depuis plusieurs jours, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué qu'un membre des forces de l'ordre âgé de 25 ans était mort mercredi soir "à la suite d'affrontements".

Une source de sécurité à Kasserine a précisé que le policier était en train de disperser des manifestants à Feriana, une ville à une trentaine de kilomètres de Kasserine, lorsque son véhicule s'est renversé.

La région défavorisée de Kasserine est secouée par des heurts entre manifestants et forces de l'ordre depuis le décès d'un jeune chômeur durant un rassemblement samedi.

Des manifestations contre le chômage et la misère sociale ont eu lieu tous les jours depuis, à Kasserine mais aussi dans des villes alentour ainsi qu'à Tunis.

Des heurts sporadiques ont ensuite opposé policiers et manifestants toute la journée d'hier. Comme la veille, les forces de l'ordre ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des protestataires qui leur lançaient des pierres, selon un correspondant de l'AFP.

La police a aussi fait usage de canons à eau et tiré en l'air, selon des témoins. Les accrochages ont continué malgré le couvre-feu de 18H00 à 05H00 décrété mardi dans cette ville d'environ 80.000 habitants.

Huit policiers ont été blessés mercredi à Kasserine et 11 à Thala, une ville proche, selon le directeur régional de la Santé Abdelghani Chaabani. Mardi, 20 manifestants et trois policiers avaient été légèrement blessés à Kasserine.

Les autorités ont décrété mardi un couvre-feu nocturne pour la ville de Kasserine, qui n'est toutefois pas pleinement respecté.

La Tunisie vient de marquer le cinquième anniversaire de la révolution, largement motivée par le chômage et l'exclusion sociale, qui a renversé la dictature de Zine El Abidine Ben Ali.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.