ALGÉRIE
20/01/2016 13h:13 CET | Actualisé 21/01/2016 00h:10 CET

Ali Haddad se défend et se dit victime d'une campagne de "diabolisation"

Facebook/FCEDZ

Le président du forum des chefs d'Entreprise (FCE) Ali Haddad s'est défendu ce mercredi 20 janvier 2016 contre les attaques de ces détracteurs, dénonçant un "acharnement" et une campagne de "diabolisation" à son encontre.

Profitant de la présence de la presse en marge de l'assemblée générale ordinaire du FCE à Alger, Ali Haddad a répondu presque point par point aux nombreuses critiques formulées notamment par Louisa Hanoune. Le chef du FCE, sans nommer la secrétaire générale du Parti des Travailleurs, s'est défendu en sa qualité de président de l'organisation patronale ainsi que comme patron du groupe de travaux publics ETRHB.

La proximité supposée du FCE avec les autorités, souvent reprochée à l'organisation, est selon le patron "infondée". Le rôle du forum, explique son chef, n'est ni de s'opposer au gouvernement ni de s'aligner complètement sur sa politique.

"Notre rôle est de défendre les intérêts de l’entreprise", a-t-il déclaré.

Ali Haddad a aussi démenti les récentes informations faisant état d'un crédit d'un montant de 180 milliards de dinars que M. Haddad aurait demandé à la Banque Nationale d'Algérie (BNA). Qualifiant ce chiffre d'"invraisemblable", il a indiqué avoir déposé une demande d'un prêt de 5 milliards de dinars auprès de la même banque.

Le patron de l'ETRHB a également tenté de relativiser les accusations de favoritisme dont il bénéficierait dans l'obtention des marchés publics. Rappelant que seul l'Etat investit dans les projets d'infrastructures, il a estimé normal que son entreprise de travaux publics en bénéficie.

"Peut-on dire que nous sommes favorisés? Absolument pas!", a indiqué M. Haddad en citant l'exemple de l'autoroute est-ouest. Le tronçon réalisé par l'ETRHB, a-t-il rappelé, s'étale sur 32 km sur un total de 1216 km.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.