MAROC
18/01/2016 08h:15 CET

Maroc-Suède: Rachid Talbi El Alami en visite à Stockholm pour tourner la page des tensions

M. Rachid Talbi El Alami, président de la Chambre des représentants, avec madame l'ambassadeur de la Suède à Rabat. Erika Ferrer, jeudi 14 janvier 2015
DR
M. Rachid Talbi El Alami, président de la Chambre des représentants, avec madame l'ambassadeur de la Suède à Rabat. Erika Ferrer, jeudi 14 janvier 2015

DIPLOMATIE - Quelques jours après la décision officielle de la Suède de ne pas reconnaître la RASD, le président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi El Alami, entame mardi 19 janvier une visite à Stockholm pour tourner la page des récentes tensions entre les deux pays.

Au programme de ce déplacement de deux jours, des rencontres avec des hauts responsables du pays scandinave, dont le président du parlement suédois, Urban Ahlin, les présidents des commissions parlementaires en charge des Affaires étrangères, des Affaires européennes, et du Commerce et de l'industrie.

M. Talbi El Alami sera également reçu en audience par le roi Carl XVI Gustaf de Suède et rencontrera plusieurs membres du gouvernement suédois, dont les ministres des Affaires étrangères, Margot Wallström, de l'Intérieur, Anders Ygeman, de la Justice, Morgan Johansson, et le Secrétaire d'Etat en charge du Commerce et de l'innovation, Oskar Stenstrom.

Le renforcement des relations parlementaires avec la Suède et les pays nordiques, la promotion des investissements, les questions en relation avec l'immigration et la sécurité internationale et régionale, la situation des mineurs d'origine marocaine en Suède, ainsi que les développements de la question du Sahara figurent dans l'agenda du président de la Chambre des représentants qui, durant ses rencontres, fera aussi une présentation sur le Maroc après 2011, indique au HuffPost Maroc une source proche de M. Talbi El Alami.

Des rencontres avec le président de la Chambre de commerce Suède-Afrique du Nord et ancien ambassadeur suédois, Mathias Mossberg, ainsi qu'avec la présidente du Conseil de la ville de Stockholm, Eva-Louise Erlandsson Slorach, sont également à l'ordre du jour.

Vers la fin de la brouille

Début septembre, le dépôt d'une proposition de loi du parti social-démocrate suédois pour la reconnaissance de la république sahraouie (RASD, autoproclamée par le Front Polisario), avait provoqué la colère de Rabat.

Une série de mesures visant à boycotter les produits et entreprises suédoises avaient été prises par les autorités marocaines, remettant notamment en cause l'ouverture du premier magasin IKEA au Maroc, près de Casablanca. Une délégation marocaine de partis de la gauche avait ensuite organisé une visite à Stockholm pour défendre les intérêts marocains. La Suède avait alors tenté d'apaiser les choses en rappelant qu'elle "n’avait pas reconnu le Sahara occidental comme un Etat" et qu'elle "ne le ferait pas".

Selon la secrétaire générale du PSU Nabila Mounib, interrogée par le HuffPost Maroc, la visite de la délégation de gauche en Suède "a contribué, quelque part, à éclaircir davantage la situation", estimant que "la vague migratoire et les risques terroristes sont autant de facteurs qui ont concouru à la prise de cette décision par la Suède, qui, dans ce sens, souhaite préserver ses intérêts, et ne pas contribuer à la création de problèmes dans la région".

LIRE AUSSI:Sahara: La Suède renonce à reconnaître le Polisario

Galerie photoVisite en avant-première du magasin Ikea Maroc Voyez les images