ALGÉRIE
15/01/2016 09h:13 CET | Actualisé 15/01/2016 09h:14 CET

Nucléaire: l'UE "prête" à lever les sanctions contre l'Iran dès le feu vert de l'AIEA

(g-d): les ministres des Affaires étrangères français Laurent Fabius et allemand, Frank-Walter Steinmeier, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et le chef de l'organisation nucléaire iranienne Ali Akbar Salehi, le 14 juillet 2015 au siège de l'AIEA à Vienne
AFP
(g-d): les ministres des Affaires étrangères français Laurent Fabius et allemand, Frank-Walter Steinmeier, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et le chef de l'organisation nucléaire iranienne Ali Akbar Salehi, le 14 juillet 2015 au siège de l'AIEA à Vienne

L'UE a pris ses dispositions pour être en mesure de lever ses sanctions contre l'Iran dès que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) aura donné son feu vert, conformément à l'accord signé en juillet, a-t-on appris vendredi de source diplomatique.

"Quand le rapport de l'AIEA sera publié, l'Union européenne sera prête" pour lever immédiatement les sanctions économiques et financières qu'elle a décrétées au fil des ans en raison du programme nucléaire controversé de l'Iran, a indiqué à l'AFP un diplomate.

Vingt-sept des 28 Etats membres devaient adopter vendredi avant la mi-journée, par une procédure écrite, une brève décision faisant entrer en vigueur la levée des sanctions, ont précisé ce diplomate et une autre source diplomatique.

L'arsenal juridique entourant la levée des sanctions est déjà en place depuis octobre en vertu des différentes étapes prévues par l'accord nucléaire historique signé par Téhéran et les grandes puissances en juillet 2015.

Cet accord, qui garantit le caractère civil du nucléaire iranien et rend quasi impossible la construction d'une bombe atomique, a mis fin à plus d'une décennie d'isolement diplomatique de l'Iran, dont l'économie a été lourdement pénalisée par les sanctions occidentales.

Les Pays-Bas, qui assurent la présidence tournante de l'UE au premier semestre 2016, signeront en dernier lieu la décision, qui devrait dans la foulée paraître au Journal officiel de l'UE afin d'entrer en vigueur avec effet immédiat.

Mais "ils ne signeront qu'après le feu vert du rapport de l'AIEA et de Federica Mogherini", la chef de la diplomatie européenne, a précisé le deuxième diplomate.

Téhéran a affirmé jeudi avoir retiré le coeur du réacteur à eau lourde situé sur son site nucléaire d'Arak, ce qui serait une étape cruciale de la mise en oeuvre de l'accord.

L'Iran, qui avait déjà appliqué plusieurs des dispositions de l'accord en réduisant le nombre de ses centrifugeuses et en envoyant à l'étranger la quasi-totalité de son stock d'uranium faiblement enrichi, espère recevoir vendredi un feu vert de l'AIEA, suivi d'ici dimanche d'une levée des sanctions occidentales.

L'AIEA n'a toutefois donné aucune indication sur la date de la publication de son rapport. A Bruxelles, aucune source interrogée par l'AFP n'était en mesure vendredi de prédire quand la publication aurait lieu.

Les Etats-Unis et l'ONU doivent également lever leurs sanctions immédiatement après le feu vert de l'AIEA.

Selon Téhéran, un "communiqué commun" sera publié par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et Mme Mogherini au nom des puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) pour annoncer officiellement le jour de l'entrée en application de l'accord.

Les sanctions européennes, concentrées sur des secteurs-clés (défense, pétrole, finance), ont entraîné le placement sur une liste noire de 92 Iraniens et 466 sociétés ou groupements, dont les avoirs sont gelés et qui sont interdits de visas pour l'UE.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.