15/01/2016 14h:13 CET | Actualisé 15/01/2016 14h:13 CET

Investissement: Les 3 « S » sur lesquels s'appuie le Maroc pour booster son économie

ECONOMIE - Sécurité, Stabilité, et Souplesse, tels sont les 3 « S » sur lesquels le Maroc s’appuie depuis une quinzaine d’années afin de porter le développement de son économie au niveau supérieur.

Ce faisant, le Royaume a réussi à accroitre son attractivité en matière de réception des Investissements Directs Etrangers (IDE), dont le volume est en croissance continue lors de la dernière décennie.

Pour l’année 2015, ce ne sont pas moins de 38 milliards de dirhams, soit près de 3,5 Milliards d’euros, qui ont été drainés vers le pays et validés par la commission d’investissements.

S1 : Une sécurité physique et institutionnelle établie

Le Maroc jouit d’une double sécurité physique et institutionnelle qui lui confère un cadre idoine pour recevoir les investissements étrangers. Ceci permet de se projeter avec sérénité dans des temps longs, et donc d’envisager des projets de taille importante sans craindre certains aléas conjoncturels. Au niveau des cadres expatriés, ce niveau de sécurité constitue également un atout pour leur permettre de conduire leur activité professionnelle dans la sérénité, et donc de se dédier pleinement à la création de valeur pour leur entreprise.

S2 : Une stabilité macroéconomique et politique consolidés

Considéré par les institutions multilatérales comme le FMI ou la Banque Mondiale comme un « bon élève » en matière de gestion de son cadre macroéconomique, le Maroc a choisi d’entreprendre des réformes de fond afin de stabiliser ses équilibres budgétaires et renforcer sa résilience aux chocs externes. Gage de cette montée en puissance, le déficit commercial du Maroc, structurellement déficitaire, est à son plus bas niveau depuis dix ans en 2015, du fait de la double conjonction de l’augmentation des exportations et de la baisse du prix des matières premières.

S3 : Une souplesse portée par les plans sectoriels

Depuis le milieu des années 2000, le Maroc mise sur des plans sectoriels structurants – dont le récent Plan D’accélération Industriel (PAI)- qui ont permis au pays de redéfinir sa vocation industrielle et de se positionner comme un maillon important sur la chaîne de valeur mondiale des secteurs automobiles, aéronautiques, électroniques, ou de l’Offshoring. Regroupés en Métiers Mondiaux du Maroc (MMM), ces secteurs ont fortement contribué à la croissance marocaine au cours de la décennie écoulée, avec une moyenne qui frise les 5%. Au coeur de cette stratégie, l’adaptabilité et la souplesse afin d’offrir aux investissements le cadre le mieux adapté à travers notamment un pack intégré d’incitations fiscales et un accompagnement par l’Etat des projets.