TUNISIE
14/01/2016 08h:00 CET | Actualisé 14/01/2016 08h:04 CET

Tunisie-14 janvier 2016: Les réseaux sociaux entre nostalgie, amertume, espoir et revendications

Tunisians living in Belgium protest against Tunisia's President Zine Abidine El Ben Ali at the Brussels' stock market, Saturday Jan. 15, 2011. Tunisia  has been grappling with looting, deadly fires and widespread unrest after protests forced President Zine El Abidine Ben Ali to flee to Saudi Arabia on Friday. (AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)
ASSOCIATED PRESS
Tunisians living in Belgium protest against Tunisia's President Zine Abidine El Ben Ali at the Brussels' stock market, Saturday Jan. 15, 2011. Tunisia has been grappling with looting, deadly fires and widespread unrest after protests forced President Zine El Abidine Ben Ali to flee to Saudi Arabia on Friday. (AP Photo/Geert Vanden Wijngaert)

En ce 14 janvier 2016, cinq ans après la révolution, les réseaux sociaux s'en donnent à coeur joie.

Partagées entre nostalgie, amertume et revendications, les Tunisiens semblent amers.

Nostalgie

Une des vidéos les plus partagées aujourd'hui est celle de l'avocat Naceur Laouini, qui en plein couvre feu criait sur l'avenue Habib Bourguiba "Ben Ali s'en est allé, Ben Ali s'en est allé", un moment "qui a fait dressé les poils de tous ceux qui ont regardé la vidéo" estime Marimar sur Twitter.

Cet anniversaire de la révolution a aussi rappelé la mémoire de Chokri Belaïd, victime du premier assassinat politique post-révolution, abattu devant son domicile le 6 février 2013. Le crime provoqua une profonde crise politique et la chute d'un premier gouvernement dirigé par Ennahdha.

Des images de la journée du 14 janvier 2011 ont également été publiées par de nombreux internautes, rappelant l'ambiance spéciale régnant ce jour là.

Revendications

Sur l'avenue Habib Bourguiba, lieu de rassemblement du 14 janvier 2011, de nombreuses personnes se sont déjà regroupés, levant des pancartes et clamant leurs revendications: Si certains dénoncent la poursuite de l'utilisation de la torture dans les postes de polices ou encore dans les prisons tunisiennes, un groupe de chômeurs est venu réclamé un meilleur accès à l'emploi en faisant un maximum de bruit à travers des casseroles et des assiettes.

Légende: "L'alternance pacifique de la torture", en référence à la torture pratiquée sous Ben Ali, qui perdure toujours.

Les partisans du parti islamiste radical Hizb Ettahrir qui prône l'instauration d'un califat islamique sont aussi présent à l'avenue Habib Bourguiba.

Légende: "À ceux qui pensent que la tempête est passée pacifiquement, vous êtes dans l'illusion" peut-on lire sur la pancarte.

Au siège de l'UGTT, place Mohamed Ali Hammi, l'ambiance est à la fête selon des internautes sur place. Au niveau du théâtre municipale de Tunis, une fanfare avance sur l'avenue Habib Bourguiba avant de s'arrêter sur les marches dudit théâtre.

Espoir et amertume

L'amertume et l'espoir sont les sentiments dominant chez la plupart des internautes tunisiens, ce 14 Janvier.

Légende: La militante Maya Jribi, le 14 janvier 2011, aujourd'hui Secrétaire Générale du parti Al Joumhouri.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.