MAROC
13/01/2016 07h:01 CET | Actualisé 13/01/2016 07h:02 CET

Mustapha El Khalfi réagit à la censure de Sciences et Avenir au Maroc

Mustapha El Khalfi réagit à la censure de Sciences et Avenir au Maroc
DR
Mustapha El Khalfi réagit à la censure de Sciences et Avenir au Maroc

MÉDIAS - "Deux miniatures en pages 30 et 31 de notre hors-série 'Dieu et la science' sont à l'origine d'une décision de censure par le gouvernement marocain, en ce début 2016", dénonce le mensuel français Sciences et Avenir dans un article publié sur son site le 12 janvier au soir. Les deux dessins mis en cause, commandés par le sultan ottoman Mourad III au XVIe siècle, sont extraits de l'ouvrage Biographie du prophète Mohammed.

Contacté par le HuffPost Maroc, le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi préfère parler de "non autorisation de distribution" plutôt que d'interdiction. "Ce n'est qu'une application stricte de la loi. L'article 29 du Code de la presse est clair", souligne le ministre PJD. Pour lui, "Nous n'avons aucun problème avec les idées et analyses exprimées dans le magazine, mais la représentation du prophète est interdite".

Article 29 du Code de la presse

L'introduction au Maroc de journaux ou écrits périodiques ou non, imprimés en dehors du Maroc, pourra être interdite par décision motivée du Ministre de la communication lorsqu'ils portent atteinte à la religion islamique, au régime monarchique, à l'intégrité territoriale, au respect dû au Roi ou à l'ordre public.

Mais rien n'est joué. Le magazine pourrait toujours être distribué sur le territoire marocain, uniquement si "Sciences et Avenir décident de retirer les deux dessins représentant le prophète". El Khalfi rappelle par la même occasion que le dernier numéro de Charlie Hebdo, commémorant le premier anniversaire des attentats qui ont décimé sa rédaction, ne sera pas distribué au Maroc. Ce numéro spécial, tiré à plus d'un million d'exemplaires, représente Dieu en responsable des actes terroristes.

Ce n'est pas la première fois que le ministère de la Communication, sous l'ère El Khalfi, interdit des magazines et journaux étrangers au Maroc. En janvier 2015, après les attentats de Charlie Hebdo, la presse française a été quasi-inexistante dans les kiosques du royaume. Pour cause: la plupart des supports avaient repris dans leurs pages des dessins et caricatures du prophète Mohammed.

Galerie photoLes commentaires des twittos marocains suite à la prestation de Mustapha El Khalfi sur Europe 1 Voyez les images

LIRE AUSSI: