ALGÉRIE
11/01/2016 08h:17 CET | Actualisé 01/06/2017 08h:33 CET

Yennayer, la nouvelle année berbère, fêtée grandiosement à Thyzza

Facebook/ El Bilad

Dans le village Thyzza, «Yennayer» prend tout son sens. Les villageois accueillent la nouvelle année berbère dans la gaieté et la convivialité.

Loin des tumultes de la ville, ce petit village de 4000 âmes se dévoile peu à peu au bout d'un chemin sinueux. À plus d’une heure d’Alger, le village Tyzza, dans la commune Ammal, wilaya de Boumerdes, fête majestueusement la nouvelle année berbère. 2966 ans point déjà son nez.

Au matin, les préparatifs de la fête battent leur plein. Le village prend vie, grâce à l’euphorie des enfants qui occupent la place du village. Les petites filles vêtues de jolies robes kabyles, et les garçons de Kachabia, (manteau traditionnel) attendent impatiemment le début des festivités.

La plupart des hommes expriment leur rattachement à la tradition en arborant sur leurs épaules cette cape en laine blanche pure appelée "le burnous". Un savoir-faire ancestral dont le village a conservé tous les secrets. Les femmes continuent à tisser les burnous à Thyzza et les hommes à s’en draper fièrement.

A Thyzza , il n’y a pas de centre proprement-dit. Les habitants sont intimement liés les uns aux autres. S’ils ne sont pas parents ou cousins, ils sont alors voisins depuis des générations.

Autrefois, la fête de "Yennayer", nouvel an berbère, se fêtait en communauté. Un esprit de famille dont se sont éloigné les villageois durant de nombreuses longues années.

"Yennayer», renouer avec une fête communautaire

Ce petit village au charme montagnard et verdoyant, a retrouvé depuis maintenant deux ans, l’effervescence de la fête de "Yennayer".

Tout le mérite revient aux jeunes du village qui ont créé l’association "THAFATH" qui veut dire lumière et à travers laquelle, ils souhaitent redonner au village son lustre d’antan et aux traditions le poids qu’elles méritent.

Au fil des heures de cette matinée brumeuse, le nombre de visiteurs, s’accroît. La majorité des arrivants viennent des villages voisins.

Cette ambiance festive dure depuis quelques jours. Pour "honorer" la nouvelle année et en faire une "année bénie", les villageois ont organisé une collecte de fonds, témoigne un des initiateurs des festivités.

"La générosité des habitants nous a permis de se préparer au mieux à cette fête. L’avant-veille nous avons sacrifié deux veaux, et acheté tout ce dont nous avions besoin pour préparer le repas qui sera servi tout au long de l’après-midi", renchérit euphorique le jeune homme.

La foule se dirige vers le haut du village. Quelques efforts physiques s’imposent pour aborder cette côte, qui ne décourage point les enfants qui courent dans tous les sens et dont les rires emportés par les vents, parviennent jusqu’aux villages accrochés aux cimes voisines.

Hassiba, membre actif de l’association et native du village, se réjouit du nombre de visiteurs. La jeune fille est très impatiente de commencer à servir le repas.

Mais le couscous, royal, faut-il le préciser, il faudra l’attendre encore un peu. Des odeurs appétissantes émanent de ces garages transformés en cuisine pour l’occasion.

Mais les habitants de Thyzza, ont prévu bien des surprises pour ceux qui ne sont pas de la région.

La chorale de Thyzza, rend hommage à Cherif Kheddam

Dans la maison de jeunes de Tyzza, l’enthousiasme est à son comble. Les enfants âgés entre 4 et 12 ans s’apprêtent à chanter en acapella le célèbre titre du chanteur "L'dzayer nchallah atsahlodh" qui signifie que l’Algérie guérisse de ses blessures.

Un air doux et mélancolique fait place aux cris stridents des petits anges. Ces petites voix résonnent dans le village et montent au ciel comme une prière sous le regard attendri et plein de fierté des parents.

Les enfants ont défilé, après, dans le village arborant le drapeau berbère et les drapeaux algériens. "Nous sommes des berbères arabisés par l’islam", lance un vieux du village reprenant la formule célèbre du Cheikh Abdelhamid Benbadis. président de l'association des oulémas, "A Thyzza, les enfants parlent aussi bien le kabyle que l’arabe et nous en sommes fiers. Nous ne faisons aucune distanciation ni distinction entre les deux langues et nous voulons qu’il en soit ainsi", rassure un des doyens du village. "L’Algérie et notre pays à tous", ajoute-t-il après un court silence.

Vient ensuite le tour des adolescents du village. Ils s’adonneront à des démonstrations sportives telles que le judo et le karaté.

Le directeur de la maison de jeunes du village, fait part d’un riche programme d'activités sportives et culturelles pour les habitants. "Nous ne voulons pas que nos enfants grandissent dans l’oisiveté. Elle les mènera forcément à la délinquance".

Depuis maintenant 4 ans, jeunes et moins jeunes et femmes du village apprennent toute sorte de métier, apprend-on.

Juste après le show sportif, les jeunes commencent à dresser les tables pour servir le déjeuner.

Le sens de "Yennayer" dans la mémoire des vieilles du village

Elles sont là depuis la prière du fajr, à préparer le festin. Traditionnellement c’est l’indétrônable plat de couscous. Certaines ont les mains dans la semoule pendant que les autres épluchent les légumes. Dans un coin sont alignées, les bouteilles d’huile d’olive fraichement pressée. La saison de cueillette d’olives touche à sa fin dans le village.

Un tamis entre les mains "l’hadja" comme l’appelle ses cadettes, roule les grains de ce met ancestral maghrébin pour la dernière fois dis-t-elle pour calmer l’impatience de Hassiba qui attend toujours. "Nous fêtons l’an 2966, pour l’occasion les femmes ici présentes ont roulé quatre quintaux de couscous qui seront servis pour tous les habitants du village et les visiteurs", indique "l’hadja" aux femmes venues de la capitale, rester sans voix devant la vivacité de cette vieille dame et son endurance.

Accueillir la nouvelle année dans la générosité, la convivialité et le partage pour chasser les mauvais sorts et convoquer une nouvelle année prospère, comme le veut la tradition.

Des valeurs humaines qui prennent tout leur sens dans l’ancrage naturel dans l’esprit de tous les villageois.

La vie au village à travers les métiers de ses habitants

La journée se poursuit, dans l’allégresse. L’heure est à la découverte des produits de la région aux nombreuses vertus médicinales.

Sur des étalages se dresse l’huile d’olive de Thyzza, dont la notoriété est incontestable selon les explications recueillies sur place. Une huile «vraie» est celle qui ne gèle pas même lorsque les températures sont très basses, affirme-t-on.

Le village de Thzza, regorge d’autres richesses naturelles, comme le caroubier dont les fruits sont appelés «caroubes ».

La poudre de ce fruit, mélangé au miel, est une recette fortifiante à prendre tous les matins à jeun explique les villageois.

Le village de Thyzza se distingue aussi par la confection des "burnous" ; Les femmes du village excelle dans son tissage et donnent toute sa noblesse à cet élégant habit traditionnel.

La famille de Djelouli est connue dans le village pour le tissage de ces étoffes. «C’est une laine pure, que ma femme tisse depuis son jeune âge. Cette activité artisanale elle l’a apprise de sa grand-mère et malgré l’intensité du travail manuel, elle met un point d’honneur à la perpétuer », raconte fièrement le père Djelouli.

Amalou Ali quant à lui, s’est découvert ces dernières années une nouvelle passion. À la retraite depuis 4 ans et après une longue carrière en tant que technicien en électromécanique, il consacre ses journées au travail du bois.

Il transforme les tiges d’oliviers en cuillère en bois de différentes tailles et forme.

Fier d’étaler, leurs savoir-faire, ils ont réussi à avoir raison de l’isolement dans lequel à sombré le village, il ya plus d’une décennie.

Mais comme les traditions se perpétuent dans les nouvelles générations, le charme des coutumes du village ne risquent pas de se perdre. Les habitants de Thyzza ont veillé à transmettre à leurs enfants la symbolique de toutes ces fêtes et coutumes qui font leur identité.

Galerie photoNouvel an berbère Voyez les images

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.