ALGÉRIE
09/01/2016 08h:14 CET | Actualisé 09/01/2016 08h:14 CET

Egypte: peines de prison confirmées pour le clan Moubarak dans une affaire de corruption

Des manifestants défilent pour soutenir l'ancien président égyptien Hosni Moubarak au Caire, le 5 novembre 2015
AFP
Des manifestants défilent pour soutenir l'ancien président égyptien Hosni Moubarak au Caire, le 5 novembre 2015

La Cour de cassation a rejeté samedi le pourvoi en appel de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak et de ses deux fils, confirmant une peine de trois ans de prison dont ils avaient écopé dans une affaire de corruption.

M. Moubarak, âgé de 87 ans, a passé le plus clair de son temps détenu dans un hôpital militaire du Caire depuis la révolte de 2011 qui le chassa du pouvoir. Il est jugé pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants lors du soulèvement.

En mai, l'ancien raïs et ses deux fils Alaa et Gamal avaient été condamnés à l'issue d'un jugement en appel à trois années de prison pour avoir détourné plus de 10 millions d'euros de fonds publics pour l'entretien des palais présidentiels.

Ils avaient alors interjeté appel devant la Cour de cassation, qui a annoncé samedi qu'elle rejetait cette requête.

En octobre, la justice a ordonné la remise en liberté des deux fils, arguant que le temps qu'ils avaient passé derrière les barreaux en détention provisoire depuis la révolte de 2011 couvrait leur peine.

Dans son procès pour le meurtre de manifestants, M. Moubarak a été condamné en juin 2012 en première instance à la prison à vie. Mais lors d'un deuxième jugement il avait bénéficié d'un abandon des charges. Le parquet avait cependant introduit un recours en cassation.

L'ancien raïs et plusieurs hauts responsables de son régime ont été traduits en justice notamment dans des affaires de corruption, avant d'être acquittés en appel ou condamnés à de légères peines de prison.

Ces procès sont désormais éclipsés par ceux de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, renversé par l'armée en 2013. Ce dernier a été condamné à mort ou à la prison à vie dans plusieurs affaires, aux côtés de plusieurs dirigeants de sa confrérie des Frères musulmans.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.