TUNISIE
08/01/2016 10h:19 CET | Actualisé 23/06/2016 07h:58 CET

La croissance économique de la Tunisie devrait augmenter en 2016, 2017, et 2018 selon la Banque Mondiale

Shutterstock / Shutter_M

La croissance économique de la Tunisie devrait enregistrer une hausse conséquente en 2016 et 2017, selon un rapport sur les perspectives de l'économie mondiale publié par la Banque Mondiale.

Selon l'institution de Bretton-Woods, la croissance économique de la Tunisie progressera à 2,5% en 2016, 3,3% en 2017 et 4,9% en 2018, contre seulement 0,5% en 2015.

Si la Tunisie a connu une faible croissance en 2015, cela est dû à la fois à "des problèmes de sécurité" et à "la faible croissance du crédit liée au retard dans la recapitalisation des banques publiques en difficulté", explique le rapport de la Banque Mondiale.

Le rebond à 2,5% de croissance en 2016 pour la Tunisie reste tout de même soumis à "un meilleur environnement sécuritaire et à une progression des réformes".

Cependant, selon la Banque Mondiale, le regain de croissance prévu pour 2016 sera possible à travers des exportations vers les pays de la zone, vu "les liens commerciaux profonds" unissant la Tunisie et ces pays.

La prise de retard au niveau de la réforme fiscale pourrait cependant être problématique. Selon la Banque Mondiale, les ajustements fiscaux et principalement la réduction des subventions énergétiques ont pris du retard. Cependant "le bas prix du pétrole pourra être utilisé pour faire avancer les réformes fiscales" conseille l'institution de Bretton-Woods.

Pour le Fonds Monétaire International (FMI), après avoir prévu, en octobre 2015, un taux de croissance de 3% pour l'année 2016, celui-ci a été revu à la baisse deux mois plus tard pour se stabiliser aux alentours de 2,5%, taux qui a été repris pour établir la loi de finances 2016.

Cet optimisme du FMI et de la Banque Mondiale, n'est pas partagé par l'expert économique tunisien Hachmi Alaya, président du Think Tank TEMA, qui dans une déclaration au site économique tunisien TUSTEX prévoit "une évolution négative du PIB" pour l'année 2016.

Depuis la révolution, la Banque Mondiale a octroyé une série de prêts à la Tunisie d'un montant de 1250 millions de dollars.

Une tendance généralisée

La croissance économique de la région d'Afrique et Moyen-Orient (MENA) devrait également enregistrer une hausse en 2016, de 5,1% selon les prévisions de la Banque Mondiale qui explique ce rebondissement par la levée des sanctions économiques contre l’Iran, grand fournisseur du marché énergétique au monde.

"Toutefois, la chute continue des prix de pétrole, plombé ces jours-ci sous la barre des 35 dollars, pourrait affecter la paix sociale dans la région MENA, déjà menacée par la multiplication des conflits", avertit la Banque Mondiale dans son rapport.

Par ailleurs, le PIB mondial devrait se raffermir en 2016, en progressant de 2,9% contre 2,4% en 2015, soutenu par la reprise dans les pays développés, selon les mêmes prévisions. La Banque Mondiale souligne que les répercussions de la faiblesse des économies émergentes entraveront la croissance des pays en développement et compromettront les progrès difficilement accomplis pour sortir les populations de la pauvreté.

Les prévisions tablent sur une croissance de 4,8 % pour les économies en développement en 2016, chiffre inférieur à ce qui était prévu, mais en progression par rapport aux 4,3 % enregistré en 2015.

Cette année, la croissance devrait ralentir davantage en Chine et la récession persistera dans des pays comme la Russie et le Brésil. En revanche, la conjoncture devrait être favorable à l'Asie du Sud, principalement sous l’impulsion de l’économie indienne.

Le groupe de la Banque mondiale regroupe 5 institutions internationales. Les principales sont la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et l’Association internationale de développement (AID, ou IDA), créées pour lutter contre la pauvreté en apportant des aides, des financements et des conseils aux États en difficulté.

Il fait partie des institutions spécialisées du système de l'Organisation des Nations unies (ONU).

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.