TUNISIE
07/01/2016 13h:59 CET | Actualisé 07/01/2016 14h:17 CET

Tunisie: Non-lieu pour Adnène Meddeb et Amine Mabrouk, deux jeunes emprisonnés "pour consommation de matière stupéfiante"

Youssef B.Ammar, F. Amri, S. Jbéli, Seif Jlassi

La cour d'appel a relaxé, jeudi, Adnène Meddeb et Amine Mabrouk, deux jeunes tunisiens arrêtés le 28 novembre dernier "pour consommation de matière stupéfiante", selon leur avocat Ghazi Mrabet.

"Après 41 jours de détention, Amine et Adnène passeront la nuit avec leurs familles respectives", a indiqué dans l'après-midi, M. Mrabet dans un post Facebook.

Excellente nouvelleLa Cour d'Appel de Tunis vient de rendre sa décision:Amine Mabrouk Et Adnene Meddeb ont été relaxé...

Posté par Ghazi Mrabet sur jeudi 7 janvier 2016

A leur condamnation en première instance, la seule preuve qui avait été retenue contre eux est un paquet de feuilles à rouler retrouvé dans leur voiture. Ils ont été condamnés à un an de prison ferme et 1000 dinars d'amende en vertu de la loi 52-1992, pour consommation de cannabis. Ils auraient refusé de se soumettre à un test de dépistage.

"Ils auront été arrêtés pour rien. Combien de tunisiens auront encore le même sort? Pourquoi nos politiques continuent dans cet immobilisme? L'abrogation de la loi 52 est une urgence nationale", a clamé Ghazi Mrabet après leur relaxe.

La loi n°52 de l'année 1992 relative à la consommation de stupéfiants prévoit une peine d'emprisonnement de 1 à 5 ans et une amende de 1000 à 3000 dinars pour "tout consommateur ou détenteur à usage de consommation personnelle de plantes ou de matières stupéfiantes."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.