MAROC
05/01/2016 08h:47 CET | Actualisé 05/01/2016 09h:24 CET

Un "tram-bus" à Marrakech pour désengorger le trafic

Un "tram-bus" à Marrakech pour désengorger le trafic.
DR
Un "tram-bus" à Marrakech pour désengorger le trafic.

TRANSPORT - Sur le front des transports en commun, la ville ocre fait peau neuve. La photo du premier "tram-bus", chargé de relier les quartiers semi-urbains au centre-ville de Marrakech, circule depuis peu sur les réseaux sociaux. Un maillage qui sera effectué grâce à plusieurs échangeurs, notamment Douar al Akar et Jemaa el-Fna et quatre lignes de BHNS (bus à haut niveau de service), un concept nord-américain caractérisé par une forte fréquence avec un coût au kilomètre moins élevé et un itinéraire en sites propres. Un système largement répandu en Europe à travers l’implantation de bus et trolleybus (propulsé par un moteur électrique).

Marrakech s’ajoute aux villes marocaines qui disposent déjà d’un tramway. Alors que Rabat dispose de deux lignes depuis 2011 et Casablanca d’une seule depuis 2012, Tanger devrait être la quatrième ville du royaume à se doter de ce type de transport collectif d’ici 2017 dans le cadre du programme de développement "Tanger-Métropole". En octobre dernier, les autorités locales de Fès et Agadir avaient annoncé étudier la possibilité de s’équiper de lignes.

Ce tramway sur pneus vise à encourager l’utilisation des transports collectifs et désencombrer les axes à forte densité et de trafic, relevait l’Economiste en janvier dernier. Plusieurs voies ont d’ores et déjà été aménagées à cet effet. L’installation du "tram-bus" devrait augmenter la part de déplacement en transport commun de 4% actuellement à 9% en 2016, avance Le360.

Chapeautée par la société de transports espagnole Alsa – qui s’occupe déjà des bus de Marrakech –, la gestion du "tram-bus" s’inscrit dans le cadre du programme "Marrakech, cité du renouveau permanent" inauguré par le roi Mohammed VI en janvier 2015. Un programme quadriennal (2014-2017) qui a mobilisé 6,3 milliards de dirhams. L’objectif? "Accompagner le développement économique, l'expansion urbaine de la ville et mettre en avant son patrimoine culturel", avait indiqué Fatima Zahra El Mansouri, maire de la ville ocre lors de l’inauguration du programme.

LIRE AUSSI: