MAROC
05/01/2016 14h:01 CET

La Samir en crise: Pour Boussaid, "le temps du chantage est révolu"

DR

INDUSTRIE - Invité du forum de la MAP autour du thème "Loi de Finances: Quelles perspectives pour l'économie marocaine en 2016?", le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, n’a pas hésité à épingler du raffineur Samir (Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage), dont le principal actionnaire, le milliardaire saoudien Mohammed Al Amoudi a engagé un bras de fer avec les autorités marocaines, à défaut de payer ses dettes.

Mohamed Boussaid a donc profité de cette tribune, mardi à Rabat, pour appeler "les responsables de la Samir à honorer leurs engagements, en augmentant le capital de 10 milliards de dirhams". Une augmentation de capitale promise par Mohammed Al Amoudi et approuvée par l'assemblée générale extraordinaire de la Samir, mais qui n’a jamais été versée aux caisses de la raffinerie implantée à Mohammedia.

"L'Etat, en tant que créancier, interpelle les actionnaires afin d'honorer leurs engagements (…) Le temps du chantage est révolu", a martelé le ministre de l’Economie et des finances.

Référence faite à un courrier adressé le 15 novembre au Chef du gouvernement par le président du groupe Corral, Mohammed Al Amoudi, principal actionnaire de la Samir, dans lequel il menaçait de déposer une requête d’arbitrage devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs à l’investissement (le CIRDI), une instance juridictionnelle sous tutelle de la Banque mondiale.

LIRE AUSSI:La Samir: l'Etat prend le dossier en main

Galerie photoCes Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images