MAGHREB
31/12/2015 11h:47 CET | Actualisé 31/12/2015 11h:49 CET

Tunisie: Comment s'organisent les personnes qui travaillent le soir du 31 décembre? (TÉMOIGNAGES)

Réveillon 2010: fogos
CesarCardoso/Flickr
Réveillon 2010: fogos

Alors que beaucoup d'entre vous passeront la soirée du réveillon en famille ou entre amis, certains travailleront. La nature de leur travail l'exige. Policiers, infirmiers, chauffeurs de taxi... Ils sont même amenés à doubler leurs efforts. Soit à la recherche de plus de gain, soit pour assurer la sécurité, ou une permanence dans les hôpitaux...

Olfa Ayari: Présidente du Syndicat des prisons et des institutions de réhabilitation pénitentiaire: Des gardiens de prison sur leur garde

"Aujourd’hui le travail est double, on doit être plus concentré que d’habitude. Contrairement à d’autres secteurs où ceux qui assurent la garde peuvent jouir de quelques moments de répit en alternant les moments de veille avec les collègues, le gardien de prison doit être sur ses gardes ce soir. Certains prisonniers vivent mal ce jour de fête, privés de liberté et de leur familles. Certains deviennent particulièrement surexcités, provoquant des bagarres... Face à cette situation délicate, le gardien doit doubler de concentration afin de maintenir l’ordre".

Aujourd'hui, Olfa Ayari fera un tour dans les prisons afin de "soutenir moralement" ses collègues: "On va leur fournir un dîner copieux, distribuer des gâteaux et surtout des boissons chaudes pour les gardiens qui assurent la surveillance des prisons et qui travaillent dehors, dans le froid", assure-t-elle.

Issam Dardouri: Président de l'Organisation Sécurité et Citoyenneté: Une nuit de réveillon où plane la menace terroriste

C'est à Kasserine que Issam Dardouri travaillera cette nuit "pour épauler" ses collègues. "Nous organiserons aussi une fête avec les policiers qui travaillent", affirme-t-il au HuffPost Tunisie.

Mais il ne s'agit pas non plus de baisser sa garde: "La lutte contre le terrorisme exige qu'on soit particulièrement vigilants ce soir. Le niveau d’alerte est maximum car on sait que c'est lors de ces jours de fêtes que les terroristes tentent d'agir, surtout le soir du réveillon car pour eux la fêter est contraire à l’islam", déclare-t-il.

Mohamed Karim Ahmadi, Chauffeur de taxi: Tiraillé entre le gain de l'argent assuré et une fête près de ses enfants

Mohamed Karim Ahmadi est chauffeur de taxi, il ne sait pas encore s'il va travailler ce soir ou pas. Tiraillé entre une soirée "au chaud" près de ses enfants et "le gain énorme" qu' "il peut récolter ce soir": "La soirée du réveillon, c’est le jour J pour les chauffeurs de taxi, quelques courses et le gain est assuré. Il suffit juste d’aller dans les endroits où se trouvent les fêtards, à Ennasr, Gammarth..."

Choisir de travailler la nuit du 31 décembre au 1er janvier "c’est aussi courir le risque d’être harcelé par les policiers qui ne rateront aucune occasion pour t’arracher un sou", déplore-t-il.

Nehla Chelbi, infirmière à l’hôpital régional de Nabeul, service gynécologie: "Un pas en avant, dix pas en arrière"

Nahla assurera la garde au service de gynécologie, alternant un jour de garde, un jour de repos selon l’organisation du service à l’hôpital. Sa nuit de garde a coïncidé cette année avec le réveillon. "Avant ça ne me dérangeait pas de travailler le soir du réveillon, mes enfants étaient petits, mais maintenant devenus grands, j'aurais aimé le passer avec eux, bien aux chaud, tranquillement".

À midi, Nahla a déjà préparé le dîner: "Je fais tout comme si j'étais là pour qu'ils ne manquent de rien", affirme-t-elle avant d'ajouter: "Travailler ce soir, c'est mon devoir mais ça ne me réjouit pas vraiment".

Nahla raconte pourtant l'ambiance "mémorable" des années précédentes: "On riait beaucoup, il y a plein d'anecdotes avec les collègues et les patients. On ne manque pas de faire la fête à notre manière: de la bonne bouffe et des fous-rires. Puis quoi de mieux que de voir un bébé naître, d'aider à donner la vie ce jour-là".

Nahla dit avoir de la chance par rapport à ceux qui travaillent dans les services d'urgences: "Là bas c'est plus mouvementé. Le rythme de travail s'accélère à partir de minuit généralement avec les incidents qui peuvent avoir lieu".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.