ALGÉRIE
30/12/2015 11h:13 CET | Actualisé 30/12/2015 18h:48 CET

Réveillonner en haut des dunes de Taghit demeure toujours aussi prisé (REPORTAGE)

Nejma Rondeleux pour le HuffPost Algérie

Depuis quatre ans, la paisible palmeraie de Taghit, à 95 km au sud-est de Béchar, attire pour le Réveillon du 31 décembre des milliers de touristes, venus en famille ou entre amis, passer le Nouvel An au milieu des dunes et des enchantements du Sahara.

Le vrombissement continu des quad ne trompe pas. La belle oasis de Taghit d’ordinaire si tranquille avec ses 7.800 âmes et son unique rue principale connaît en cette période de fin d’année une agitation exceptionnelle.

Le marché permanent au centre de la ville tout comme celui temporaire de souvenirs quelques mètres plus loin ne désemplissent pas. Le ballet des chameaux au pied de la grande dune ne s’interrompt qu’à la tombée de la nuit. Et les tractopelles tournent sans discontinuité pour finir de préparer les terrains où se dérouleront les festivités.

LIRE AUSSI: Le Sud se prépare au Réveillon du Jour de l'An

taghit terrain

Pour la première fois de mémoire d’habitant une grande scène aux guirlandes scintillantes a été dressée à la sortie de la ville. Elle y accueille, chaque soir, depuis le 25 décembre des groupes folkloriques arrivés par bus des 48 wilayas dans le cadre de la manifestation "L’Algérie au coeur de son Sahara" réunissant 1.300 jeunes algérien(ne)s pris en charge par le ministère de le Jeunesse et des Sports.

taghit au coeur

La soirée du 31 sera animée par des groupes de Béchar, Béjaïa, Alger, Sétif et Tamanrasset indique le programme de la caravane. “Une dizaine de kheïmat dispersées à travers la ville ainsi que le marché d’exposants d’artisanat, les activités de quad, chameaux et parapentes participent aussi à l’animation de Taghit en cette période festive”, souligne l’adjoint au maire Belhoucine Mohammedi rencontré dans son bureau.

Si l’élu se félicite de l’attractivité grandissante de “L’enchanteresse” qui reçoit près de 3.000 touristes à cette période, selon la mairie, voire “beaucoup plus” selon les habitants interrogés qui estiment entre 5 et 7.000 touristes au plus fort de l’affluence, il regrette cependant “l’insuffisance des moyens”. “Le tourisme à Taghit devrait être pris en charge par le ministère et non par l’Assemblée populaire communale (APC) qui a très peu d’argent ”.

LIRE AUSSI:Le maire de Taghit déplore le manque de moyens face à l'afflux de visiteurs pour le Réveillon

Bonnes affaires

Avec la célébration du Mouloud le 24 décembre, les commerçants et hôteliers de Taghit comptent déjà sur un bon début de saison hivernale. Les hôtels et maisons d’hôtes de la ville ainsi que les logements chez l’habitant affichent complets depuis plusieurs semaines.

“Nous n’avons jamais eu autant de monde à cette période de l’année“, témoigne Nassim Ould Brahim, co-gérant depuis sept ans de la maison d’hôtes Dar Terrehut dont les huttes en terre se dressent à la sortie de la ville, une fois le barrage de gendarmerie franchi.

dar terrehut

Le marché d’artisanat du centre-ville installé chaque année pendant la période du Réveillon s’est aussi agrandi et de nouvelles offres sont apparues au milieu des articles de souvenir.

Moubarak, Ilyas et Karim ont ainsi installé sous leur chapiteau fleuri un studio photo. Venus de Béchar, les trois jeunes hommes, la vingtaine à peine passée, proposent leurs services de photographes aux touristes.

“On fait aussi les impressions et les CD de photographies ”, ajoute Moubarak en montrant le matériel disposé sur leur stand

photographes taghit

De l’autre côté de la rue, près du café du centre-ville, Brahim met les dernières touches à sa table. Le jeune homme de 23 ans originaire de Taghit propose cigarettes, bonbons, “cawcaw ” (cacahuètes) et des chèches de toutes les couleurs.

“Cela fait trois ans que je suis ici “, explique Brahim qui en cette haute saison touristique effectue presque tous les jours le trajet jusqu'à Béchar pour s’approvisionner contre une fois par semaine le reste de l’année.

“Je suis ouvert tous les jours de 8 à 22 heures”, détaille le vendeur ambulant, “sauf le soir du 31 où je ferme à 20 heures car il y a trop de monde et trop de risques”. Les affaires avant tout!

table brahim taghit

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.