MAROC
30/12/2015 09h:22 CET | Actualisé 30/12/2015 09h:28 CET

Actes de vandalisme lors du derby de Casablanca: Les sanctions continuent de tomber

DR

FOOTBALL - Plus d’une semaine après un derby entaché par des actes de violences à Casablanca, les sanctions contre les fauteurs de troubles continuent de tomber.

La Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Casablanca a prononcé, mardi soir, des peines allant de deux mois de prison avec sursis à un an de prison ferme à l'encontre de quatre personnes pour leur implication dans les actes de vandalisme ayant émaillé le derby Wydad-Raja, disputé le 20 décembre au Complexe sportif Mohammed V.

Le tribunal a ainsi décidé de condamner l'un des 13 poursuivis à deux mois de prison avec sursis et une amende de 500 dirhams. Deux autres détenus ont été condamnés à cinq mois de prison ferme et une amende de 500 dirhams.

La même juridiction, qui a reporté au 30 décembre et au 5 janvier prochain l'examen des autres dossiers pour "permettre à la défense de préparer sa plaidoirie", a également condamné un individu, poursuivi également dans cette affaire, à un an de prison ferme et une amende de 1.000 dirhams assortie d'une interdiction d'accès au "stade d'honneur" pendant une année.

Une vingtaine de policiers blessés

La Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Casablanca avait déjà condamné, le 22 décembre, un adule impliqué dans ces actes de vandalisme, à une peine de six mois de prison ferme et décidé le placement de quatre mineurs au centre de protection de l'enfance

Les poursuivis dans cette affaire, dont deux en état de liberté, sont accusé notamment de vol, état d'ébriété manifeste, de détention d'arme blanche, de possession de drogues dures, de dégradation de biens publics et de coups et blessures contre des agents de sécurité.

La préfecture de police de Casablanca avait indiqué que 43 individus ont été appréhendés pour différents motifs après ce match.

Lors de ce match qui s’est soldé par un match nul, les actes de hooliganismes et de violence se sont multipliés. Tout d’abord dans l’enceinte du stade Mohammed V de Casablanca où les supporters des deux équipes se sont affrontés violemment, avant de s’attaquer aux forces de l’ordre. Ensuite dans les rues de la capitale économique où les scènes de violence se sont poursuivies. Les zones limitrophes au stade ont été tout particulièrement touchées par les actes de vandalisme.

Selon un premier bilan, les actes ayant entaché ce duel, auquel ont assisté plus de 71.000 spectateurs, ont occasionné la dégradation de biens publics et privés (3 voitures de police et 4 bus de transport urbain) et des blessures à différents degrés à 25 policiers.

Amendes et matchs à huis clos

Selon le porte parole du Raja, Haj Naciri, joint par le HuffPost Maroc, le président de son équipe Mohamed Boudrika et son homologue du Wydad, Saïd Naciri, avaient été convoqués par la wilaya du Grand Casablanca au lendemain du derby et invités à revoir les scènes violentes qui ont émaillé le match.

Selon certains témoins des deux camps, c'est le tifo "provocateur" des supporters rouges envers les verts qui a déclenché les hostilités.

Le WAC avait été condamné à quatre matchs à huis clos et une amende de 100.000 dirhams, alors que le Raja devra disputer une seule rencontre sans ses supporteurs et payer une amende de 10.000 dirhams. Les deux équipes pourraient faire appel de la décision de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Les matchs au stade Mohammed V de Casablanca se soldent souvent par des actes de vandalisme. La localisation de l’équipement sportif qui se trouve au centre ville ne facilite en rien la tâche des autorités qui ont du mal à maîtriser les hooligans. Le projet d'un grand stade dans la banlieue de Casablanca pourrait voir le jour dans les années qui viennent. Mais il ne résoudrait pas totalement le problème de hooliganisme et ne ferait que le déplacer. En attendant, les habitants des quartiers avoisinant le stade Mohammed V ne cessent de dénoncer les dérapages des supporters.

Que dit la loi?

L'article 308 du code pénal prévoit des sanctions à l'encontre des individus qui commettent des actes de violence lors de manifestations sportives. Par exemple, pour la participation à des violences ayant entraîné la mort d'une personne, la condamnation peut aller de 1 à 5 ans d'emprisonnement et de 1.200 à 20.000 dirhams d'amende. Pour des violences ayant entraîné des blessures, la peine d'emprisonnement peut aller de 3 mois à 2 ans d'emprisonnement et de 1200 à 10.000 dirhams d'amende.

LIRE AUSSI:Plus de 15 policiers blessés après les actes de hooliganismes qui ont suivi le 119e derby de Casablanca

Galerie photoLe 119e derby de Casablanca se solde par de violents actes de hooliganisme Voyez les images