ALGÉRIE
29/12/2015 04h:55 CET | Actualisé 29/12/2015 04h:55 CET

Turquie: Erdogan dénonce comme une "trahison" la revendication autonomiste du parti kurde

Le président turc Recep Tayyip Erdogan le 24 décembre 2015 à Ankara
AFP
Le président turc Recep Tayyip Erdogan le 24 décembre 2015 à Ankara

Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, a dénoncé mardi comme une "trahison" la revendication autonomiste du principal parti pro-kurde de Turquie au moment où se déroule une opération militaire massive dans le sud-est du pays à dominante kurde.

"Ce que ce coprésident a fait constitue une trahison, une provocation très claire", a-t-il dit devant la presse à l'aéroport d'Istanbul avant de se rendre en visite en Arabie Saoudite, en référence au chef de file du parti de la démocratie des peuples (HDP), Selahattin Demirtas, qui a lors du week-end évoqué une possible autonomie pour la minorité kurde.

"De quel droit pouvez-vous parler dans le cadre de notre structure unitaire d'établir un Etat dans le Sud-Est, dans l'Est ?", a demandé l'homme fort de Turquie, prévenant que "ni la volonté nationale, ni les forces armées ne permettront une telle situation".

Les tensions politiques sont au comble entre le gouvernement islamo-conservateur et le principal parti pro-kurde du pays en raison d'une opération militaire d'une ampleur inédite menée depuis deux semaines dans plusieurs villes du sud-est anatolien contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Les combats ont fait plus de 200 morts dans les rangs des séparatistes mais n'épargnent pas non plus les civils.

Le chef de l'Etat turc a réaffirmé mardi que l'offensive militaire se poursuivrait avec "détermination". Il a affirmé que "plus de 3.000 terroristes" ont été tués lors d'opérations menées en Turquie et dans le nord de l'Irak, où le PKK dispose de bases-arrières, depuis l'été.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.