29/12/2015 08h:16 CET | Actualisé 29/12/2015 08h:16 CET

Quelles grandes tendances économiques pour l'Afrique en 2016 ?

ECONOMIE - Continent au centre de toutes les sollicitations depuis dix ans grâce à sa croissance rapide, l’Afrique est en train de connaître une modification substantielle de sa structure productive et de son économie. Malgré une année 2015 marquée par la chute des cours des matières premières, le continent affiche une résilience inattendue et devrait continuer sur la voie de la transformation, à travers trois grandes tendances économiques structurantes.

Tendance #1, moins de fragmentation, plus de convergence

La signature en juin dernier à Sharm El Sheikh d’un vaste accord de libre échange réunissant vingt-six pays africains du Cap au Caire a sonné comme un coup de tonnerre dans une Afrique que l’on disait frappée par le mal de la fragmentation. Regroupant majoritairement des pays anglophone de la façade orientale du continent, cet accord de libre échange devrait faciliter le commerce, la circulation des hommes, des biens et des marchandises, offrant ainsi un réservoir de croissance substantiel. L’Afrique de l’Ouest, quant à elle, essaie également d’avancer sur la voie de l’intégration, comptant sur les organisation régionales (UEMOA, CEMAC etc…) et s’appuyant aussi sur les efforts de la place financière panafricaine Casablanca Finance City, qui se positionne en moteur de la convergence financière africaine. Cette dernière a réussi en moins de cinq ans à attirer une centaine de multinationales qui ont vocation à se développer dans la zone.

Tendance #2, moins de pétrole, plus de services

C’est une tendance lourde observée par la plupart des institutions internationales : l’Afrique est en train de réorienter son économie vers les services, réduisant ainsi de fait sa dépendance aux industries extractives. Si certains pays peinent encore à conserver des taux de croissance satisfaisants du fait de la chute brutale du prix du baril et des produits miniers, la plupart des nations africaines se sont engagées dans la voie de la diversification avec des plans sectoriels visant à accroitre la part du commerce, des services, et de l’industrie.

Tendance #3, cap sur le renouvelable

Sur fond de tenue de la COP21 à Paris, l’Afrique s’est distinguée par son engagement fort en matière de promotion des énergies renouvelables, avec un mix énergétique donnant la part belle à l’hydro-électricité, l’éolien ou le solaire. Dans ce cadre, le Maroc devrait inaugurer sous peu la plus grande centrale solaire au monde, Noor 1, à Ouarzazate, se positionnant ainsi comme le champion africain du renouvelable. Toutefois, les investissements dans les énergies vertes nécessitent des financements lourds qui entravent parfois leur développement en Afrique, d’où la nécessité de diversifier les bailleurs de fonds et de renforcer l’attractivité du continent.