MAROC
25/12/2015 08h:40 CET | Actualisé 25/12/2015 08h:43 CET

En Turquie, les serveurs Internet touchés par une vaste cyberattaque

La Turquie victime d'une vaste cyberattaque
DR
La Turquie victime d'une vaste cyberattaque

SÉCURITÉ INFORMATIQUE - Les serveurs Internet turcs subissent depuis lundi 20 décembre une vaste cyberattaque qui a considérablement ralenti les services bancaires, a annoncé vendredi une source proche du gouvernement turc.

L'organisation non-gouvernementale Nic.tr, chargée d'administrer les adresses des sites Internet utilisant le nom de domaine ".tr" qui englobe les ministères, l'armée, les banques et de très nombreux sites commerciaux, a indiqué dans un communiqué que l'offensive émane de "sources organisées" en-dehors de Turquie.

Le ministre des Transports et des communications Binali Yildirim, cité par les journaux, a évoqué une situation "préoccupante" et demandé que soient renforcées les mesures de sécurité, qui, selon lui, se sont avérées "insuffisantes".

LIRE AUSSI:Raja-Sétif: Des hackers marocains piratent un site officiel algérien en représailles

Alors que les experts ont assuré ignorer l'origine de cette puissante attaque, certains médias turcs pensent que cette attaque pourrait provenir de Russie, Moscou et Ankara traversant une grave crise diplomatique depuis qu'un bombardier russe a été abattu par la chasse turque à la frontière syrienne, le 24 novembre.

Le groupe de piratage informatique des Anonymous a, de son côté, déclenché une guerre numérique contre la Turquie et annoncé qu'il continuerait à perpétrer des attaques contre les systèmes informatiques en raison du "soutien de la Turquie à Daech", annonce la presse turque.

"La Turquie soutient Daech en lui achetant du pétrole et en soignant ses combattants (...) Si vous ne cessez pas votre soutien à Daech, nous continuerons à procéder à des cyber-attaques contre la Turquie", a écrit le groupe de pirates informatiques dans un communiqué.

Galerie photo Ces applications 100% marocaines dont vous ne pourrez plus vous passer Voyez les images

LIRE AUSSI: