22/12/2015 10h:05 CET | Actualisé 22/12/2015 10h:06 CET

En un an, les tour-opérateurs français ont perdu 30% de clients pour le Maroc

En un an, les tour-opérateurs français ont perdu 30% de clients pour le Maroc
Wikimedia Commons
En un an, les tour-opérateurs français ont perdu 30% de clients pour le Maroc

TOURISME - Coup dur pour le tourisme dans le royaume. Dans un communiqué publié mi-décembre, le Syndicat français des entreprises du tour-operating (SETO) dresse le bilan de l'année passée.

Entre le 1er novembre 2014 et le 31 octobre 2015, les tour-opérateurs membres du syndicat ont enregistré une baisse de 30,3% du nombre de clients à destination du Maroc, et de 39,4% vers l'Afrique du Nord. Concernant les ventes de vols secs (sans aucune autre prestation comme l'hébergement ou la location d'un véhicule), celles-ci ont connu une baisse de 9% pour le Maroc.

"Certaines des grandes destinations étrangères ont une évolution négative du trafic", indique le SETO, qui précise que dans la zone "moyen courrier", la Tunisie (-51,6%), la Turquie (-38,8%) et le Maroc (-30,3%) sont en recul.

L'Europe du Sud a la cote

"Cet exercice a été, comme l’année dernière, largement marqué par un engouement de la clientèle pour les destinations phare de l’Europe du Sud au détriment des destinations historiques du Maghreb et du Moyen Orient", note le communiqué.

Si le Maroc a accueilli un peu plus de 210.000 voyageurs français via les tour-opérateurs du SETO, les îles Canaries, les îles grecques et l'Espagne (continentale) font partie des trois premières destinations prisées par les Français. Le nombre de clients pour ces destinations a respectivement connu une hausse de 26,1%, 3,2% et 12,2% auprès des tour-opérateurs.

Autre évolution notable parmi les destinations moyen courrier: entre 2014 et 2015, le nombre de clients français pour le Portugal a augmenté de 36,8%, celui pour la Grèce de 20,7% et pour l'Italie de 14,4%.

Attentats et attentisme

Concernant les réservations de voyages pour l'hiver 2015-2016, le Syndicat rappelle qu'elles ont subi de plein fouet les impacts négatifs des attentats du 13 novembre à Paris et d’autres attaques similaires, notamment en Tunisie.

"Le tout a créé auprès des consommateurs un attentisme relatif à des projets de vacances, notamment chez la clientèle familiale. La résorption de ce traumatisme peine à se mettre en place, notamment à cause de la réalité des tensions géopolitiques et la perception de la fragilité de la situation économique française", indique le communiqué.

Invité mardi du Forum de la MAP autour du thème: "Quelle résilience durable du tourisme au Maroc après les attentats de Paris?", le ministre marocain du Tourisme, Lahcen Haddad, a indiqué que le Maroc a enregistré 9,43 millions d'arrivées à fin novembre 2015 (-0,9% par rapport à la même période de l'année écoulée) et 54,6 milliards de dirhams de recettes voyage (-0,9%).

Depuis de début de l’année, les Français sont de plus en plus nombreux à bouder le royaume, en raison d’une "conjoncture mondiale défavorable". Le marché français représente pourtant un tiers des touristes étrangers au Maroc (3,5 millions de visiteurs), soit le plus important vivier du tourisme au royaume.

Pour y remédier, les professionnels multiplient les campagnes de com’ à destination du premier marché émetteur étranger du royaume. En octobre dernier, quelque 200 acteurs marocains du tourisme avaient sillonné les allées de l’International French Travel Market Top Resa, la grand-messe des professionnels du tourisme qui se tient à Paris.

LIRE AUSSI:

Galerie photo 12 mois, 12 destinations au Maroc Voyez les images