MAROC
21/12/2015 07h:01 CET | Actualisé 21/12/2015 12h:27 CET

Plus de 15 policiers blessés après les actes de hooliganismes qui ont suivi le 119e derby de Casablanca

Le 119e derby de Casablanca se solde par de violents actes de hooliganisme
Abdou Rizkou
Le 119e derby de Casablanca se solde par de violents actes de hooliganisme

VANDALISME - Le 119e derby opposant le Wydad de Casablanca au Raja, tenu dimanche 20 décembre, s’est soldé par un match nul. Un score qui ne semble pas avoir plu aux supporters des deux équipes. Dès la fin de la rencontre, les actes de hooliganismes et de violence se sont multipliés.

Tout d’abord dans l’enceinte du stade Mohammed V de Casablanca où les supporters des deux équipes se sont affrontés violemment. Ils se sont également attaqués aux forces de l’ordre : "Plus de 15 policiers ont été blessés", rapporte le site d’information AlYaoum24. Une vidéo postée sur Youtube montre un policier mis à terre et lynché par une bande de hooligans excités.

Les scènes de violence se sont poursuivies dans les rues de la capitale économique. Les zones limitrophes au stade ont été tout particulièrement touchées par les actes de vandalisme. Dans des vidéos postées par les riverains sur les réseaux sociaux, on peut constater l’étendu des dégâts : des voitures saccagées, le mobilier urbain arraché et les piétons terrorisés. Selon AlYaoum24, plus de 31 personnes ont été interpelées par la police pour leur implication dans les faits.

Derby widad rajaa. Sans commentaire

Posté par Latifa Kassou sur dimanche 20 décembre 2015

En septembre dernier, un match entre le Wydad de Casablanca et le KAC de Kénitra tenu à Salé s’était soldé par des actes d’une extrême violence. Les baies vitrées de la gare de Salé avaient même été brisées par les supporters en colère qui se sont attaqués aux voyageurs.

Quelques jours plus tard, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) était monté au créneau. Dans un communiqué, l’instance avait exhorté les dirigeants et responsables des clubs nationaux à se mobiliser en vue d’interdire aux mineurs non-accompagnés l’accès aux stades.

Les matchs au stade Mohammed V de Casablanca se soldent souvent par des actes de vandalisme. La localisation de l’équipement sportif qui se trouve au centre ville ne facilite en rien la tâche des autorités qui ont du mal à maîtriser les hooligans. Le projet d'un grand stade dans la banlieue de Casablanca pourrait voir le jour dans les années qui viennent. Mais il ne résoudrait pas totalement le problème de hooliganisme et ne ferait que le déplacer. En attendant, les habitants des quartiers avoisinant le stade Mohammed V ne cessent de dénoncer les dérapages des supporters.

Que dit la loi?

L'article 308 du code pénal prévoit des sanctions à l'encontre des individus qui commettent des actes de violence lors de manifestations sportives. Par exemple, pour la participation à des violences ayant entraîné la mort d'une personne, la condamnation peut aller de 1 à 5 ans d'emprisonnement et de 1.200 à 20.000 dirhams d'amende. Pour des violences ayant entraîné des blessures, la peine d'emprisonnement peut aller de 3 mois à 2 ans d'emprisonnement et de 1200 à 10.000 dirhams d'amende.

Pour faire face au problème du hooliganisme, le Maroc peut s’appuyer sur l’expérience d’autres pays comme l’Angleterre où la lutte contre le vandalisme dans les stades est devenue une priorité nationale à partir de 1985, après le drame de Heysel (stade bruxellois). Des actes de violence suivant un match opposant Liverpool à la Juventus avaient en effet fait 39 morts. Les britanniques ont donc mis en place un arsenal juridique lourd comprenant un système d’interdiction de stade à l’encontre de toute personne mêlée aux actes de hooliganisme avec obligation de pointage au commissariat les jours de match.

Galerie photo Le 119e derby de Casablanca se solde par de violents actes de hooliganisme Voyez les images