MAROC
21/12/2015 13h:56 CET | Actualisé 21/12/2015 14h:42 CET

Les médecins internes et résidents mettent fin à leur grève

France24

MÉDECINE – C’est un long feuilleton qui touche à sa fin. Dans un communiqué publié le lundi 21 décembre, la Commission nationale des médecins internes et résidents (CNIR) annonce sa décision de suspendre la grève des médecins internes et résidents, après un boycott des différents Centres hospitaliers universitaires (CHU) du royaume qui aura duré 82 jours.

"Le gouvernement a démontré son incapacité à gérer cette crise et a fait preuve de négligence alors que la santé des citoyens était menacée", accuse d’emblée le communiqué, long de deux pages et dans lequel les médecins internes et résidents reviennent sur les différentes méthodes de protestation engagées depuis le 1er octobre et assurent avoir décidé de mettre fin à leur grève "pour préserver la paix sociale et privilégier l'intérêt des patients".

Ils menacent de reprendre la grève...

Principal point de discorde: les salaires des médecins qui "ne reflètent ni le parcours de formation qui dépasse les neuf ans, ni les heures de travail qui dépassent les 80 heures par semaine". Et si le ministre de la Santé Houcine El Ouardi avait consenti par le passé qu'il n'était pas "logique" que les médecins internes et résidents soient si mal payés, il avait aussi indiqué que la situation "ne pouvait être débloquée dans l'immédiat", au grand dam des blouses blanches.

LIRE AUSSI:Les étudiants en médecine soutiennent la grève des médecins internes et résidents en se joignant à "la grève des cachets"

Maigre consolation: le ministre avait récemment fait savoir que les indemnités de garde, qui faisaient partie du dossier revendicatif des grévistes, seraient débloquées à partir de janvier 2016, sachant qu'elles n'avaient pas été versées aux médecins depuis 2007.

Toujours est-il que les internes et résidents "continuent de dialoguer avec les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur pour obtenir le reste des réclamations exigées dans le dossier revendicatif" et menacent "d'une reprise de la grève si le ministère n'améliore pas leur situation", conclut le communiqué du CNIR.

Pour faire entendre leurs voix, les médecins grévistes avaient organisé, outre les marches et sit-in, plusieurs campagnes de communication choc.

Galerie photo Les médecins internes et résidents protestent habillés comme des détenus de Gaunatanamo Voyez les images