MAROC
21/12/2015 06h:36 CET | Actualisé 21/12/2015 06h:38 CET

Le Prix de la liberté décerné à titre posthume au roi Mohammed V

DR

HOMMAGE – Le Prix de la liberté "Martin Luther King Jr-Rabbin Abraham Joshua Heschel" a été décerné à titre posthume au roi Mohammed V, lors d’une cérémonie tenue le dimanche 20 décembre dans la synagogue B’nai Jeshurun à New York.

Le prix a été remis à la princesse Lalla Hasnaa, qui représentait le roi Mohammed VI, en présence de Serge Berdugo, ambassadeur itinérant du roi du Maroc, de l'ambassadeur du royaume aux Etats-Unis, Rachad Bouhlal et de l'ambassadeur, représentant permanent du Maroc aux Nations unies, Omar Hilale. A cette occasion, le roi a adressé un message dont la lecture a été faite par son conseiller André Azoulay.

"Sur les bancs de cette synagogue, au cœur de New-York et sur les hauteurs de Manhattan, ce sont le Révérend Martin Luther King Jr. et le Rabbin Abraham Joshua Heschel, rien de moins, qui du plus profond de leur éternité, voient leurs noms, leurs combats et leurs victoires associés à l’hommage qui est rendu ce soir à mon illustre grand-Père", a d’emblée souligné Mohammed VI.

« C’est à ces deux icônes historiques du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis que vous avez choisi d’identifier le Prix de la liberté que vous venez de créer et dont le premier lauréat sera depuis ce soir et pour l’histoire, Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V (…) Malgré un pouvoir bridé par les réalités implacables du protectorat de la France, alors sous occupation nazie, (le roi Mohammed V, NDLR) avait fait le choix de s’opposer à l’application aux citoyens marocains de confession juive, des lois racistes du gouvernement de Vichy », a ajouté le souverain.

"Ce devoir de mémoire, vous me permettrez de le souligner, a fait parfois défaut à une communauté des nations qui a souvent tourné le dos à la riche complexité de nos histoires respectives. Lui rappeler comme nous le faisons ce soir, que ce sont des pays comme le Mien, au sein du monde arabo-musulman, qui ont su dire non à la barbarie nazie, contribuera assurément à un peu plus de discernement quand montent les clameurs de l’islamophobie et que se multiplient les amalgames les plus caricaturaux qui nourrissent une culture du rejet, de l’exclusion et du déni du savoir vivre ensemble", a-t-il conclu.

LIRE AUSSI: