21/12/2015 11h:14 CET | Actualisé 21/12/2015 11h:18 CET

Le marché marocain de la publicité digitale reste embryonnaire

Le marché marocain de la publicité digitale reste embryonnaire
DR
Le marché marocain de la publicité digitale reste embryonnaire

DIGITAL - Les investissements publicitaires dans le digital sont encore timides au Maroc. C’est le constat établi par l’étude de sondage "Digital Trends Morocco 2016" présentée lors la 2e édition de l’African Digital Summit, organisée les 17 et 18 décembre dernier à Casablanca. Parmi les 600 annonceurs questionnés, 50% d’entre eux pointent du doigt "le manque de budget" alors que 46% déplorent "la rareté des ressources humaines spécialisées".

Selon ce même sondage, réalisé par le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), 40% des entreprises – en majorité œuvrant dans les secteurs des banques-assurances et de l’agroalimentaire – accordent aux publicités digitales un budget inférieur à 5% de leurs dépenses marketing/communication. Seulement 10% des annonceurs accordent plus de 25% de leur budget au digital.

Relance

Sur le front des ressources humaines, l’étude révèle que dans les entreprises marocaines, 37% des compétences appartiennent à une entité digitale dédiée alors que 63% des ressources en charge du digital cumulent d’autres fonctions. Pour redresser la situation, 39% des entreprises sondées prévoient une stratégie de recrutement en 2016.

Azdine El Mountassir Billah, directeur général de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), a souligné "la nécessité d’un véritable écosystème du data, producteur de valeur ajoutée pour relancer le secteur du numérique".

Le président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), Mounir Jazouli, a qualifié la data de "nouveau pétrole qui deviendra le moteur de la croissance économique avec près de 4 milliards d’internautes dans le monde et plus de 21 milliards d’appareils connectés prévus en 2018".