MAROC
21/12/2015 14h:06 CET | Actualisé 21/12/2015 14h:07 CET

Le quartier Hay Mohammadi de Casablanca fait la paix avec son passé

Hay Mohammadi n’a pas la mémoire courte
Marie Tarteret/8e étage
Hay Mohammadi n’a pas la mémoire courte

PATRIMOINE - Réhabiliter la mémoire du quartier Hay Mohammadi, à Casablanca. C’est l’ambition portée par le projet des "Chemins de la mémoire", inauguré ce lundi 21 décembre dans les anciens abattoirs de la ville blanche. Une initiative qui s’inscrit dans "le processus de réconciliation de la population locale avec sa mémoire", et qui a permis "de sensibiliser les habitants du quartier au programme de réparation communautaire, à la question des droits de l’homme et à la valeur patrimoniale et architecturale (…) du paysage urbain emblématique de la modernité de Casablanca" lit-on dans un communiqué de l’association Casamémoire, à l’origine de cette manifestation.

Fort d’une histoire riche en événements historiques, le quartier Hay Mohammadi se veut à travers ce projet un lieu de "repères collectifs qui rappellent la mémoire des marocains, héros et martyrs de la conquête de la liberté et de la dignité humaines. Du début de la résistance contre l’occupant français, en passant par le tristement célèbre commissariat de Derb Moulay Cherif". Un lieu de détention tenu secret durant les années de plomb où plusieurs opposants ont été torturés.

Le projet des "Chemins de la mémoire" est soutenu par la Wilaya de Casablanca, l’Agence Urbaine de Casablanca, les Communes de Hay Mohammadi et l’association Casamémoire. Il s’intègre par ailleurs dans la perspective d’inscrire Casablanca sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité.