ALGÉRIE
17/12/2015 12h:57 CET | Actualisé 17/12/2015 13h:35 CET

De retour à Constantine de la Conférence de la jeunesse sur le climat à Paris, Oumnya Cheriti a des projets plein la tête

Facebook/Flambeau vert de l'environnement

Oumnya Cheriti, secrétaire générale adjointe de l’association Flambeau vert de l’environnement de Constantine, a fait partie de la délégation des 13 jeunes Algérien(ne)s ayant rejoint Paris du 26 au 29 novembre pour participer à la 11e édition de la Conférence sur la jeunesse (COY11) tenue juste avant la Conférence des Nations unies sur le climat (COP21).

Encore sous le charme de cette rencontre internationale "magique et magnifique" qui a rassemblé près de 5000 participant(e)s du monde entier, l’étudiante de 22 ans en master écologie à l’Université de Constantine a confié au Huffington Post Algérie son expérience et les leçons qu’elle en retire.

Huffington Post Algérie: Que retenez-vous de votre participation à la COY 2015?

Oumnya Cheriti: "Ce qui m’a le plus marqué à ce grand rassemblement de la jeunesse c’est l’énergie et la motivation des participant(e)s. Avec trois fois rien mais une grande volonté, des projets à première vue impossibles arrivent à se réaliser, comme en témoignent les nombreux récits d’aventures de l’atelier "Make it real" (Rend-le réel).

Un participant a, par exemple, raconté comment il a fait le tour du monde en bateau en se nourrissant que de pêche. Un autre a réalisé un voyage de 40 jours au Pôle Sud, etc.

Je retiens aussi l’aspect concret et pratique des différents ateliers. J’ai ainsi appris à fabriquer du dentifrice bio à partir de l’écorce de noyer, ce que l’on appelle "siwat" en arabe. Je me suis rendue compte que la plupart de nos produits quotidiens, souvent chimiques, peuvent être remplacés par d’autres naturels comme les produits ménagers.

J’ai ainsi accumulé beaucoup d’idées que je compte bien à présent mettre au profit de l’association Flambeau vert de l’environnement et plus largement de la ville de Constantine".

oumnya coy

Oumnya Cheriti à la Conférence de la jeunesse au Parc des expositions de Villepinte (France).

Quelles initiatives, par exemple, souhaiteriez-vous reproduire?

"Au sein de l’association, on pourrait enrichir nos activités de sensibilisation à l’environnement, menées auprès des enfants, avec des ateliers de récupération où ils apprendraient à fabriquer des paniers, couronnes et bracelets avec du papier journal stressé et des jouets avec du carton recyclé.

Le projet d’éco-campus présenté par des étudiants de Lyon m’a aussi énormément intéressé et je compte bien en parler avec la direction de l’Université de Constantine pour commencer à travailler sur la mise en place d’un campus vert.

La voiture pourrait être interdite dans l’enceinte de l’Université de Constantine ce qui obligerait à se déplacer à pied ou à vélo car à l’heure actuelle les étudiants prennent leur voiture pour aller d’un bloc à un autre.

Il devient aussi urgent de trier les déchets produits dans l’enceinte de l’Université d’autant que l’Ansej a organisé en partenariat avec l’Université des formations autour des entreprises vertes notamment de recyclage".

LIRE AUSSI:Ces initiatives environnementales réussies à déployer au Sud de la Méditerranée (et ailleurs)

Après cette expérience, quelles vont être les suites de votre engagement écologique?

"Je suis d’ores et déjà invitée l’an prochain au Maroc qui accueillera la COP22 et donc la COY12 quelques jours avant ! Sinon dans l’immédiat, je vais poursuivre mon implication bénévole au sein du Flambeau vert où les projets ne manquent pas. A la rentrée de janvier, nous allons ainsi lancer, en partenariat avec d’autres associations, l’action "Mon école en mouvement" dans un primaire, un collège et un lycée de Constantine.

Notre association s’occupera du volet sensibilisation et éducation à l’environnement ainsi que de la formation à l’aménagement d’un espace vert au sein des établissements.

Le Flambeau vert de l’environnement de Constantine va aussi initier en 2016 "Ecotour 25" qui est un projet d’écotourisme et de formation de guides aux espaces naturels de notre région pour partager les connaissance de la faune et la flore avec les Algériens et touristes qui ne connaissent pas la wilaya".

LIRE AUSSI:Ces éco-internautes qui verdissent la Toile DZ

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.