ALGÉRIE
16/12/2015 07h:14 CET | Actualisé 16/12/2015 07h:28 CET

"Star Wars épisode VII: Le réveil de la force": un retour nostalgique et réussi (VIDÉO/PHOTOS)

Spectaculaire, sombre et palpitant, Star Wars VII: Le réveil de la force, le chapitre inaugural de la nouvelle trilogie de La guerre des étoiles, retrouve l’ambiance space opera des origines avec en prime le retour des grands héros de la monumentale saga entamée dans les années 1970, princesse Leia, Luke Skywalker et Han Solo en tête.

L'histoire de ce premier chapitre réalisé par J. J. Abrams se déroule trente ans après les événements du Retour du Jedi sorti en 1983. Souvenez-vous, le combat entre Luke Skywalker et l’empereur Palpatine scellait la défaite de l’Empire. Dans la scène ultime demeurée épique, le seigneur Darth Vader se sacrifiait pour sauver son fils Luke des pouvoirs de l’empereur.

Galerie photo Star Wars 7 Voyez les images

Aujourd’hui, le masque de Darth Vader n’est plus qu’une relique adulée par Kylo Ren (Adam Driver), un nouveau méchant tourmenté et qui nourrit l’ambition de rétablir un ordre impérial en détruisant la Nouvelle République.

Nul ne sait où se trouve le mythique Luke Skywalker, le dernier Jedi réfugié quelque part dans la galaxie n’a plus donné aucun signe de vie. Pendant ce temps, la Résistance s’organise tant bien que mal autour de Leia Organa (Carrie Fisher), sœur de Luke. Quant à Han Solo et son complice Chewbacca (Peter Mayhew), ils sont redevenus des contrebandiers.

Mais l’espoir demeure, puisque Poe Dameron (Oscar Isaac), un des meilleurs pilotes de la Résistance, possède la carte révélant la cachette de Luke. De peur qu’elle ne finisse dans les mains de l’ennemi, il dissimule le plan convoité dans les circuits de son droïde BB-8 (une version moderne de R2-D2) qui s’enfuit sur la planète désertique Jakku où il fait la connaissance de Rey (Daisy Ridley), une pilleuse d’épave. Ils sont plus tard rejoints par un prénommé Finn (John Boyega), un stormtrooper en fuite. Poursuivie par les sbires de Kylo Ren, la bande se sauve à bord du célèbre vaisseau Millenium Falcon qui reprend du service.

Dépoussiérer les classiques

Aidé d’une machine de guerre promotionnelle hallucinante, avec obligations aux journalistes de ne rien révéler de l’intrigue jusqu’au jour fatidique, Disney – qui a racheté en 2012 la franchise de George Lucas pour quatre milliards de dollars – compte bien se rembourser en faisant de cette superproduction l’événement de l’année. Et à voir l’attente fiévreuse que le studio hollywoodien a su générer auprès du public depuis ces dernières années, sa stratégie pourrait s’avérer très payante au box-office.

En espérant battre tous les records, Disney a laissé la responsabilité au réalisateur et coscénariste J. J. Abrams d’inaugurer la trilogie cosmogonique imaginée par George Lucas. Pour nous faire presque oublier le souvenir pénible des récents films, le réalisateur américain n’hésite pas à reprendre les codes de la trilogie originelle, avec en prime l’apparition d’une étoile noire et d’autres nombreux clins d’œil

Nous voilà donc en terrain très connu. Le Millenium Falcon bien sûr, mais aussi la musique signée John Williams, la reconstitution et l’ambiance artisanale renouent avec les grands moments du premier Star Wars. L’intrigue met en scène un affrontement filial avec cette fois un fils attiré dans le côté obscur de la force. Lequel? Surprise. Mais la conclusion qui s’avère dramatique n’a rien à envier à la fameuse réplique «Je suis ton père», autrefois lancée par Darth Vader.

Même si le film tourne autour de l’orpheline Rey et du soldat Finn, une couple encore emplies de nombreux secrets, les souvenirs risquent d’envahir les cœurs des admirateurs de la première heure lorsqu’ils verront sur grand écran les visages familiers de Carrie Fisher, d’Harrison Ford et de Mark Hamill, sans oublier Peter Mayhew dans la peau du poilu Chewbacca. Gros coup de nostalgie assurée!

Abrams ne réinvente pas le genre, mais il donne à ce premier chapitre un souffle épique que l’on n’espérait plus. Pendant plus de deux heures en 3D et sans temps mort, on savoure ces belles retrouvailles à travers des scènes d’action spectaculaires et des combats au sabre laser. Une seule déception: devoir attendre jusqu’en 2017 pour connaître la suite.

Star Wars: Le réveil de la force (Star Wars: Episode VII - The Force Awakens) –Disney/Lucasfilm – Science-fiction – 136 minutes – Sortie en salles le 16 décembre 2015 – États-Unis.

Galerie photo Star Wars 7 Voyez les images

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.