MAROC
16/12/2015 08h:15 CET | Actualisé 16/12/2015 08h:15 CET

Ibrahim Maalouf imagine une France raciste et empreinte de haine dans son nouveau clip

JAZZ - "Le gouvernement annonce un couvre-feu ce soir, par la voie de son ministre des Origines. Sont concernées les personnes dites différentes sur l’ensemble du territoire. Elles devront également porter un badge de reconnaissance sur leurs vêtements." C’est avec ce monologue radiophonique que commence le nouveau clip d’Ibrahim Maalouf, où il imagine la France en 2027.

Reprenant le tube de Beyoncé "Who Run The World (Girls)", le jazzman d'origine libanaise met en scène une France où les droits et libertés s’inclinent face au racisme et à la haine.

LIRE AUSSI:Ibrahim Maalouf en concert dans le cadre des "Jazzablanca Series" à Casablanca

Le clip, réalisé par Jérôme de Gerlache, met en scène un groupe de femmes et d’hommes de toutes les origines qui se réunissent pour danser malgré l’interdiction de rassemblement. En guest star de cette vidéo choc, Hajiba Fahey, une danseuse d’origine marocaine qui a d’ailleurs participé à la tournée de Beyoncé et a collaboré avec elle sur plusieurs projets.

Serait-ce un moyen pour l’artiste de critiquer les mesures découlant de l’état d’urgence instauré en France au lendemain des attentats du 13 novembre? Le 19 novembre dernier, le trompettiste avait affirmé au site d’information Clique.tv avoir été arrêté à la gare du Nord à Paris, alors qu’il s’apprêtait à se rendre à Londres pour donner un concert.

"La police n’avait aucune idée de la raison pour laquelle j’avais été fiché par Interpol. Pour eux, c’est juste mon passeport qui n’était plus utilisable et par conséquent je ne peux plus l’utiliser pour voyager", a-t-il confié lors d’une interview accordée au site.

"Who Run The World (Girls)" est extrait du dernier album d’Ibrahim Maalouf, sorti le 25 septembre dernier, en même temps qu’un autre disque, en hommage à la diva Oum Kalthoum. "Red and Black Light" est présenté par l’artiste comme "une ode à la femme d’aujourd’hui et son rôle fondateur et fondamental dans l’espoir d’un avenir meilleur".

Galerie photo La programmation Jazzablanca 2015 Voyez les images