MAROC
16/12/2015 13h:04 CET | Actualisé 17/12/2015 10h:37 CET

"Al Halqa Virtual": un musée virtuel sur les traditions de la place Jemaa el-Fna

"Al Halqa Virtual": un musée virtuel sur les traditions de la place Jemaa el-Fna
Thomas Ladenburger
"Al Halqa Virtual": un musée virtuel sur les traditions de la place Jemaa el-Fna

CULTURE - C'est un travail de mémoire de longue haleine qu'a entrepris Thomas Ladenburger pendant plus de dix ans. Après "Al Halqa", un film documentaire réalisé en 2010 sur un conteur marocain qui enseigne son métier à son fils, et une exposition au musée ethnologique de Berlin sur le cercle des conteurs de la place Jemaa el-Fna, le réalisateur allemand vient de présenter son musée virtuel sur les traditions populaires de la mythique place de Marrakech.

Ce projet se décline sous la forme d'un site internet interactif disponible en arabe, allemand, anglais et français. Il est alimenté par des centaines de photos, vidéos et enregistrements, afin de continuer à faire vivre, au moins virtuellement, une tradition populaire en voie de disparition: celle de la halqa, art ancestral du spectacle de rue.

Les conteurs ne sont pas les seuls représentés. Dans ce musée virtuel, on trouve des rubriques présentant les différents métiers de la place, comme les acrobates, danseurs, herboristes, diseuses de bonne aventure, comédiens, travestis, magiciens, arracheurs de dents ou porteurs d'eau.

Mémoire vive

"Je voulais faire perdurer ces traditions qui risquent un jour de disparaître, car les jeunes générations ne sont pas vraiment prêtes à reprendre le flambeau de leurs parents", explique Thomas Ladenburger au HuffPost Maroc. Le réalisateur a ainsi archivé, pendant des années, chaque halqa de la place Jemaa el-Fna pour garder une trace de ces traditions.

"J'ai découvert que chaque tradition était liée à une région du Maroc. Par exemple, les herboristes viennent de Tata, dans le sud, où je me suis rendu pour comprendre comment ils cherchent les herbes et produisent leurs médicaments", explique-t-il. "J'ai aussi invité les conteurs à venir raconter leurs histoires dans un petit studio que j'avais aménagé dans mon appartement à Marrakech, afin de compiler les enregistrements", ajoute-t-il.

Contes sur smartphones

"Beaucoup de conteurs ne travaillent plus aujourd'hui. J'ai donc transcrit et traduit leurs contes, et j'ai créé ce musée virtuel interactif qui permet aussi aux internautes de partager leurs histoires. Ils peuvent par exemple enregistrer les contes de leurs parents ou grands-parents avec leur smartphone et les publier directement sur le site", indique le réalisateur.

Lors de son exposition à Berlin, l'artiste avait même installé une "boîte de contes", sorte de photocabine dans laquelle les visiteurs pouvaient entrer et raconter leurs histoires devant une caméra, automatiquement mises en ligne sur le site.

Dix ans après son lancement, Thomas Ladenburger compte mettre un point final à ce projet. "La plateforme est désormais ouverte, maintenant elle peut continuer de vivre grâce aux internautes".

Une exposition présentant le travail du réalisateur allemand a ouvert ses portes à Dar Bellarj à Marrakech le 8 décembre et ce jusqu'au 1er mai 2016. La "boîte de contes" y est aussi installée et connectée au musée virtuel. L’exposition traite du thème de la halqa sous différents supports: photographies historiques et contemporaines, boîte de contes, installation audio avec des contes en arabe et traduits en allemand, et projections cinématographiques. Un cycle de conférences est également organisé.

LIRE AUSSI:Rencontre avec Saïd, homme "danseuse" de la place Jemaa el-Fna à Marrakech (VIDÉO)

Galerie photo Top 25 des plus beaux monuments d'Afrique selon TripAdvisor (2015) Voyez les images