MAROC
15/12/2015 12h:39 CET | Actualisé 15/12/2015 12h:39 CET

Les médecins internes et résidents organisent une campagne médicale pour remédier aux conséquences de leur grève

Une nouvelle opération de communication pour les médecins grévistes
DR
Une nouvelle opération de communication pour les médecins grévistes

MÉDECINE - Les médecins internes et résidents semblent bien conscients des conséquences de leur grève, entamée il y a 76 jours, et veulent y remédier. Dans un communiqué publié ce mardi 15 décembre, le bureau local des internes et résidents de Rabat annonce une campagne médico-chirurgicale en faveur des citoyens.

Cette initiative a été rendue possible à travers un partenariat avec l'Association Action urgence, qui a prêté ses locaux du quartier Youssoufia à Rabat, où se déroule actuellement l'opération. "C'est une association qui dispose de tout le matériel nécessaire pour les petites chirurgies, échographies et autres prestations que nous comptons assurer lors de cette campagne", nous explique Younes Kettani, médecin responsable de l'opération.

Dans le détail, trois médecins généralistes, trois cardiologues, deux pneumologues, deux endocrinologues, deux gastro-entérologues, deux ophtalmologues, deux ORL et deux biologistes vont assurer une journée de consultation gratuite ce mardi 15 décembre. Mercredi 16, des médecins en urologie, en chirurgie pédiatrique, en chirurgie générale, en gynécologie et en radiologie prendront la relève pour effectuer des consultations de chirurgie, mais également assurer des petites opérations chirurgicales, dont des circoncisions pour les enfants. (L'article continue sous le diaporama)

Galerie photo La campagne médicale des médecins grévistes Voyez les images

Les médecins internes et résidents profitent de cette annonce pour incomber la responsabilité de leur longue grève - qu'ils qualifient de "record honteux" - au gouvernement "qui reste sourd au dialogue social".

Des salaires trop "maigres"

Les internes et résidents, qui ont accusé par le passé le ministre de la Santé Houcine El Ouardi d'instrumentaliser l'opinion publique afin que les citoyens se désolidarisent de leur cause, assurent désormais être "déterminés à renforcer ce lien humain privilégié que l'on a avec nos concitoyens".

Pour rappel, les médecins internes et résidents protestent contre des "salaires insuffisants" ainsi que pour le déblocage de leurs indemnités de garde, qu'ils n'ont pas perçues depuis 2007. Actuellement, la rémunération des médecins internes et celle des médecins résidents bénévoles est fixée à 3.400 dirhams par mois. Les médecins résidents contractuels, eux, disposent d’un salaire mensuel de 8.600 dirhams par mois mais sont obligés de se soumettre à une affection dans le secteur public pendant les huit ans suivant la fin de leur cursus de spécialisation.

Un chemin sans issue?

Les médecins ont donc réclamé une augmentation de 4.000 dirhams pour les médecins résidents et 3.000 pour les internes mais n'ont pas obtenu gain de cause jusqu'à présent.

Si El Ouardi consent qu’il n’est pas logique que ces médecins, qui ont effectué un cursus de formation aussi long, soient payés un salaire aussi bas, il a expliqué, le 25 novembre dernier, lors de la conférence de présentation du nouveau traitement pour l'hépatite C, que la situation "ne pouvait être débloquée dans l'immédiat".

LIRE AUSSI:Un accord en vue entre les médecins internes et résidents et le ministère de la Santé?

"Nous ne pouvons pas répondre par la positive aux demandes d’augmentation des médecins internes et résidents pour la simple raison que nous n’en n’avons actuellement pas les moyens et que cela doit se faire en concertation avec le ministère des Finances et le gouvernement", a-t-il expliqué.

Galerie photo La campagne médicale des médecins grévistes Voyez les images