MAGHREB
14/12/2015 08h:34 CET

"De quel terrorisme, tu parles, espèce de...": Une vidéo de sensibilisation qui ne veut pas céder à la peur du terrorisme

إرهاب ماذا أيها٠٠!

B&B ProdSénario : Ramy ZoghlamiRéalisation : Mohamed Ben AmorDirection Photo :Ramy ZoghlemiCadre : Mehdi KhalsiSon : Helmi BardiMixage : Ahmed GalaiMontage : Marwen Ferjani

Posté par B&B production sur dimanche 13 décembre 2015

La scène se passe dans un café populaire, mouvementé par les voix fortes des hommes présents: certains jouent aux cartes, d'autres fument une chicha. En fond sonore, Saliha entonne sa chanson culte "Khali Badalni".

Un homme entre hâtivement dans le café, l'air hagard, avant de crier successivement "Mécréants!", "Apostats!".

Les hommes présents dans le café s'arrêtent un moment pour le regarder - Saliha arrête de chanter - avant de vaquer à leurs occupations. Saliha reprend sa chanson "Laissez-le tranquille", entonne-t-elle.

La vidéo se termine avec un homme s'adressant au terroriste "Va, apporte-moi un charbon, arrête tes conneries."

La campagne de sensibilisation de B&B Production se veut différente de celles déjà publiées sur les réseaux sociaux ou diffusées sur les chaînes de télévision.

Contacté par le HuffPost Tunisie, Ramy Zoghlami, directeur artistique de B&B Production avec son associé Mohamed Ben Amor explique que l'idée de cette vidéo est relativement simple.

"Depuis le début des attentats, on a vu plusieurs spots de sensibilisation qui avaient pour but de condamner le terrorisme. Sauf qu'ils ont souvent présenté les terroristes comme des êtres 'grands, forts et dangereux'", raconte Ramy Zoghlemi.

B&B Production a voulu faire subir au terroriste une immersion dans un café populaire, "c'est le terroriste qui fait face à la réaction des Tunisiens, pas le contraire".

Ramy Zoghlami insiste pour dire que la vidéo ne "banalise pas le danger du terrorisme. Mais, on voulait avec un état d'esprit un peu burlesque dire qu'il ne fallait pas facilement céder à la peur et à la terreur."

Le terroriste se veut être une personne "lambda", on le dote d'une image qui l'éloigne de toute forme d'héroïsme, des feux des projecteurs habituellement braqués sur lui et qui alimentent son égo.

"En l'ignorant, les hommes présents dans ce café ont un peu saboté son plan. D'ailleurs, rien de ce qu'il dit est important, on a intentionnellement bippé ce qu'il disait. Pour nous, ses mots sont obscènes et méritent la censure", dit Ramy Zoghlami.

Pour ce qui est du choix de Saliha, le directeur artistique avoue que "c'est carrément recherché, cette chanson est culte. Et comme c'est bon d'envoyer balader un terroriste sur une chanson de Saliha!"

"Il faut continuer à vivre, malgré le terrorisme, le sang... Saliha qui chante c'est une forme de résistance", explique Ramy Zoghlami.

B&B Production a présenté son spot à quelques chaînes de télévision afin qu'il soit diffusé, cependant aucune n'a accepté, "ça ne semblait pas les intéresser".

Le spot a coûté à la boite de production 40 dinars, "on manque de moyens, des jours c'est difficile de continuer mais j'ai quand même envie de dire qu'il est facile de faire ce genre de choses, les jeunes doivent se bouger un peu plus", conclut Ramy Zoghlami.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.