ALGÉRIE
13/12/2015 11h:01 CET

Marine marchande: le déficit de navires fait perdre 4 milliards de dollars par an à l'Algérie

Invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio Algérienne ce dimanche 13 décembre, le ministre des Transports, Boudjema Talaï a révélé que le déficit de navires de la marine marchande fait perdre environ 4 milliards de dollars par an à l'Algérie.

Passant au crible les différentes conjonctures de son secteur, Boudjema Talai a fait savoir que le déficit de navires chez la CNAN, qui ne dispose que de 6 bateaux contre 78 vers la fin des années 1980, coûte quelque 4 milliards de dollars par an.

Le ministre des Transports a fait savoir que ce qui reste de la flotte ne permet de transporter que 2% de la marchandise, le reste étant acheminé par des bateaux étrangers.

Pour expliquer ce déficit, l'invitation de la rédaction a indiqué que "nos bateaux ont été déclassés, réformés ou sont sous l'eau", sans donner plus d'explications. M. Talaï a néanmoins affirmé que ce déficit devrait cesser de se creuser avec la prochaine acquisition de 26 navires, qui achemineront 30% du fret algérien.

"Sur le bon chemin"

Lors du même entretien, le ministre des Transports est revenu sur le transport aérien. Il a reconnu que la compagnie aérienne nationale "a perdu de ses couleurs". Boudjema Talaï a averti la société, estimant que celle-ci devrait améliorer son fonctionnement et son organisation.

Le ministre, qui se référait notamment à la qualité des prestations de services de la compagnie aérienne, n'a pas omis de citer les problèmes de retards et des annulations de vols. M. Talaï avait d'ailleurs annoncé en mai dernier de nouvelles mesures à cet effet, destinées à améliorer certains volets de la compagnie.

Lors de son interview avec la Radio algérienne (vidéo ci-dessus), le ministre des Transports a néanmoins fait part de son optimisme, affirmant que "les choses sont en train de se recadrer dans le bon chemin" à travers le plan de modernisation en cours de mise en place.

Il évoque, pour affirmer ses dires, un redéploiement de la formation du personnel, dont les pilotes, une remise à niveau des services et le respect des normes de ponctualité. Un "recadrage" soutenu par l'acquisition de nouveaux aéronefs, rajoute-t-il, pour atteindre une flotte de 59 appareils.

LIRE AUSSI:

Le responsable du secteur des Transports a aussi consacré son intervention au secteur ferroviaire. Il a évoqué la fraude massive dont est l'objet la SNTF, qui, par ailleurs, enregistre une recette "nulle".

Un résultat marqué par de "sérieux déficits", qui poussent l'Etat a multiplié les subventions sans pour autant cesser les investissements dans la modernisation et l'extension de son réseau de rails, souligne-t-il.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.