MAROC
11/12/2015 05h:39 CET | Actualisé 11/05/2016 06h:47 CET

FIFM 2015: Un tonnerre d'applaudissements pour "La Marche Verte" de Youssef Britel

FIFM 2015: Un tonnerre d'applaudissements pour "La Marche Verte" de Youssef Britel
HuffPost Maroc
FIFM 2015: Un tonnerre d'applaudissements pour "La Marche Verte" de Youssef Britel

CINÉMA - Le Festival international du film de Marrakech a vécu une soirée très patriotique. Jeudi 10 décembre, dans l'enceinte de la salle des ministres du Palais des congrès, la première projection du dernier film de Youssef Britel, "La Marche Verte", présenté hors compétition, a été ponctuée d'innombrables salves d'applaudissements.

Après un petit mot du réalisateur, rejoint sur scène par une partie des membres de son équipe (dont l'un portait une veste doublée du drapeau marocain), le rideau s'est levé sur cette longue épopée marocaine, qui fête cette année ses 40 ans. 1280 figurants, 3 hectares de décor et 380 tentes ont été nécessaires pour le tournage du film, qui se déroule en grande partie à Laâyoune, Terfaya et sur les longues routes du sud.

"Al Massira", produit par Othmane Benzakour et Mehdi Belhaj, fait revivre, pendant une heure trente, la marche dans le désert des 350.000 personnes appelées par le roi Hassan II en octobre 1975 à récupérer les terres du Sahara occupé par les Espagnols, "armées de drapeaux et de Corans".

Haut en couleurs

La grande Histoire croise la petite de plusieurs personnages haut en couleurs comme Ali (interprété par Mourad Zaoui), un "magouilleur" des rues qui s'engage un peu malgré lui dans cette aventure, Zhor (Ghalia Benzaouia), une femme enceinte qui risque sa vie pour marcher en mémoire de son époux décédé, ou encore Mohamed et Youssef (Mohamed Khouyi et Mohamed Choubi) deux frères attachants que tout oppose mais que leur marche et la maladie de l'un finira par rassembler.

Humour, émotion, appel à la tolérance... Tout y est. La marche, suivie par deux journalistes, dont l'un est un juif marocain (Elie) et l'autre est anglophone, met également en scène une infirmière espagnole anti-franquiste qui vient se joindre aux Marocains ou encore un susbsaharien solidaire qui a entendu le discours du roi et a pris la route vers le Maroc pour se greffer aux marcheurs. "Le Maroc aura sûrement un rôle important sur le continent africain dans quelques années", explique-t-il face à la caméra d'Elie, comme un clin d'oeil du réalisateur à la stratégie adoptée par Mohammed VI depuis quelques années en Afrique.

La fin de la projection a suscité une véritable "standing ovation" de la part du public, visiblement conquis après avoir applaudi et sifflé sur chacune des scènes du film montrant les milliers de personnes traversant le désert, jusqu'au drapeau rouge et vert planté, le 6 novembre 1975 dans le sable du Sahara, face aux fusils espagnols. Tout un symbole.

LIRE AUSSI:

Galerie photoQue faisiez-vous le jour de la Marche verte? Voyez les images