ALGÉRIE
09/12/2015 06h:07 CET | Actualisé 09/12/2015 06h:07 CET

Sonatrach et les officiels boudent le Sommet nord africain du pétrole et du gaz d'Alger

Archives

Le 10ème sommet nord africain de du pétrole et du gaz qui s’est ouvert mardi 8 décembre à Alger, a été marqué par l’absence remarquée d’une représentation officielle de l’Algérie, la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach ayant décidé de bouder la manifestation.

L’événement qui devait réunir des représentants des plusieurs multinationales en activité en Afrique du nord ainsi qu’une centaine de professionnels internationaux de très haut niveau de l’industrie des hydrocarbures, a été boudé à la fois par le ministère de l’Energie et par la compagnie Sonatrach.

Aucun responsable du ministère de l’Energie ou de Sonatrach n’était présent à ces journées d’étude consacrées aux opportunités de coopération dans les secteurs pétroliers et gaziers de l’Afrique du Nord. Le programme a dû être changé dans la précipitation, il y a une semaine, pour pallier cette absence des représentants algériens.

L’événement qui devait initialement se tenir sur trois jours, du 7 au 9 décembre, a été réduit à eux jours, avec un chamboulement du programme. Les organisateurs de l’événement affirment qu’ils n’ont été informés de l’absence de représentation officielle du ministère de l’Energie et de Sonatrach que " la semaine dernière".

"Nous avons eu l’accord de principe pour la participation de Sonatrach au 10e Sommet en mai dernier, lors de mon voyage en Algérie, après le succès de la 9ème édition organisée en Algérie l’année dernière (…) et c’est la semaine dernière qu’on a su que ni le ministère de l’Energie ni Sonatrach ne seraient représentés officiellement à cet événement", affirme Mme Giulia Chiatante, responsable de "The Energy Exchange", l’organisateur de l’événement.

Thématiques choisies par Sonatrach

Selon elle, l’organisation de la 10ème édition a eu le soutien de Sonatrach, avec un programme axé sur les thématiques que la compagnie nationale considérait comme importantes. Ce programme a été élaboré en mai dernier, avec un focus sur l’augmentation de la production et l’industrie aval, pour répondre aux priorités de l’heure de Sonatarch, a-t-elle ajouté.

Mme Chiatante ne donne pas les raisons de cette volte-face. Elle se contente de dire que le changement à la tête du ministère de l’Energie et au sommet du management de Sonatrach, en mai dernier, "quelques jours après avoir eu leur accord de principe", a retardé "notre collaboration". Ou "peut-être une volonté de ne pas s’exposer à cet événement". Un événement, faut-il le rappeler, qui prévoyait dans son programme initial une demi-journée de tables rondes et de communications consacrées exclusivement au secteur des hydrocarbures en Algérie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.