08/12/2015 07h:23 CET | Actualisé 08/12/2015 07h:26 CET

Business: Casablanca, futur centre d'arbitrage de référence en Afrique?

Saïd Ibrahimi, directeur de Casablanca Finance City, lors de la première édition des Casablanca Arbitration Days
DR
Saïd Ibrahimi, directeur de Casablanca Finance City, lors de la première édition des Casablanca Arbitration Days

ARBITRAGE - Plus que jamais, Casablanca ambitionne de s’ériger en centre d’arbitrage de référence en Afrique. Les 11 et 12 décembre, un grand colloque portera sur l’arbitrage, ce mode de règlement des litiges qui occupe une place de plus en plus importante dans le monde du business casablancais.

Organisée dans un célèbre palace de la ville blanche sous les auspices de Casablanca Finance City, avec pour thème "Marking International Arbitration Work for Africa", cette deuxième édition des "Casablanca Arbitration Days" verra la participation d’éminents avocats et de spécialistes ou praticiens de l’arbitrage international.

L’occasion de débattre de l’actualité relative à l’arbitrage, mais aussi de mettre un coup de projecteur sur le pôle d’arbitrage international de la métropole économique, le Casablanca International Mediation and Arbitration Center (CIMAC).

LIRE AUSSI:Casablanca Finance City (CFC) primée à Londres par le magazine Global Banking et Finance Review

"L’objectif est de positionner notre place comme un pôle d’arbitrage international reconnu et accepté", avait indiqué Saïd Ibrahimi, directeur de Casablanca Finance City à Usine Nouvelle.

Si la dimension du CIMAC se veut continentale, Casablanca a aussi les atouts pour devenir une place incontournable en matière d'arbitrage pour la finance islamique, selon Georges Affaki, avocat à la Cour à Paris et professeur à l'Université Paris II, interrogé par Les Inspirations éco.

Que dit la loi? Comme le rappelle l’association des Hautes juridictions de cassation des pays ayant en partage l’usage du français (AHJUCAF), le droit marocain permet aux parties qui se trouvent sur le territoire national de recourir aux instances d’arbitrage international en cas de litige, depuis l’entrée en vigueur en 2007 de la loi 08-05 sur la médiation.

L’arbitrage constitue le plus important des modes alternatifs de règlement des conflits. Il permet aux parties de conserver leurs secrets professionnels et d’éviter de se perdre dans les rouages des tribunaux.

En novembre 2014, la première édition des Casablanca arbitration days avait été marquée par la création du CIMAC, dont l'objectif est de faire de Casablanca Finance City la plaque tournante de la finance et de l’arbitrage en Afrique. "Je me réjouis de la création de ce centre d’arbitrage, qui pourrait apporter plus de justice que d’autres places financières. Cela ne peut qu’encourager les investisseurs", avait souligné le chef du gouvernement Abdelilah benkirane lors de l'ouverture de cette grand-messe des experts de l’arbitrage.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images