MAGHREB
07/12/2015 08h:13 CET | Actualisé 07/12/2015 09h:29 CET

Tunisie: Pour Wided Bouchamaoui "c'est la grande catastrophe" pour le secteur du tourisme

La situation du tourisme est "catastrophique" en Tunisie. "C'est-à-dire que c'est le néant. C'est zéro". Invitée de l'émission "Le grand Rendez-Vous" sur la radio Europe 1, Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) a dressé un tableau noir du secteur touristique.

"Si vous connaissez un peu la Tunisie, vous allez voir que les hôtels sont désertés, le secteur de l'artisanat est vraiment anéanti et puis tous les secteurs qui sont annexes au tourisme souffrent énormément, et là, c'est la grande catastrophe" affirme t-elle, prédisant pour 2016 "une année difficile".

Si le terrorisme explique en partie la désertion des touristes, pour la présidente du patronat tunisien, le terrorisme frappe de nombreux pays et pas seulement la Tunisie. "La meilleure arme, c'est de dire non. Il faut aller en Tunisie, il faut visiter la Tunisie, parce que là vous donnez un moyen aux Tunisiens de combattre ce terrorisme et de mieux vivre", assure-t-elle.

"Ce qui se passe aujourd'hui en Tunisie, c'est aussi la faute de la communauté internationale", accuse Mme Bouchamaoui, affirmant que la Tunisie "n'est pas responsable de ce qui se passe en Libye".

Moins de liberté pour plus de sécurité

Face à l'éternelle débat entre la sécurité et la liberté, Mme Bouchamaoui affirme: "Nous oeuvrons à ce qu'il y ait toujours la sauvegarde des libertés". Mais "s'il faut vraiment être plus sévère du point de vue de la liberté pour nous assurer de la sécurité, moi je suis d'avis de prendre cette option", clame-t-elle.

Le 10 décembre prochain, Wided Bouchamaoui recevra, en tant que représentante de l'UTICA, le prix Nobel de la paix à Oslo, en Norvège, en compagnie de l'UGTT, la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) et de l'Ordre des avocats. Ces quatre organisations forment le quartet parrain du dialogue national à qui la prestigieuse récompense a été attribuée le 9 octobre.

LIRE AUSSI: Nobel de la paix: Le quartet parrain du dialogue national tunisien payera pour des médailles supplémentaires

Faire revenir les investisseurs étrangers est aussi une priorité, selon la chef du patronat pour qui la Tunisie offre de nombreux privilèges que d'autres pays n'offriraient pas aux investisseurs étrangers:

"En Tunisie nous avons 3300 entreprises étrangères. Depuis la révolution, il y a eu un petit nombre d'entreprises qui sont parties, mais la majorité est restée parce que tout d'abord nous avons une excellente situation géographique, nous avons un niveau d'éducation important, élevé et puis nous avons une main d'oeuvre qualifiée", affirme-t-elle.

"Aujourd'hui on a besoin de plus d'investissement... pour les gens qui ont peur de l'insécurité, aujourd'hui l'insécurité est devenue mondiale, internationale", renchérit-elle.

À la question "l'avenir est-il ailleurs que dans le tourisme?", Wided Bouchamaoui répond par la positive: "Bien sûr. À part le tourisme, nous avons des industries importantes dans la mécanique, tout ce qui est aéronautique, les TIC mais ça reste insuffisant". Elle a ainsi appelé "à mieux communiquer, à donner d'autres atouts" mais aussi à accélérer les "réformes importantes que le gouvernement est obligé de prendre dans les meilleurs délais".

Ces réformes touchent le code des investissements "pour qu'il soit plus attractif", la fiscalité, et la simplicité des mesures douanières.

La Tunisie a été touchée par trois attentats majeurs entre mars et novembre faisant plus de 70 morts et de nombreux blessés. Ces attentats ont sévèrement affecté la saison touristique, alors que le secteur représente environ 7% du PIB national et emploie quelque 400.000 personnes au total.

Le nombre d'entrées en provenance d'Europe a ainsi chuté de moitié depuis janvier, et des chaînes internationales ont annoncé qu'elles fermeraient leurs complexes tout l'hiver.

Les autorités tunisiennes ont déjà prévenu que la croissance en 2015 ne dépasserait pas 1%, confirmant la difficulté du pays à faire redémarrer son économie.

LIRE AUSSI: Tunisie: l'économie a "évité le pire" en 2015 grâce aux exportations agricoles affirme le ministre des Finances

Après l'attribution du prix Nobel de la paix, les agences de voyages tunisiennes attendent des retombées positives

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.