MAGHREB
07/12/2015 03h:21 CET

Libye: De la chute de Kadhafi à l'accord de Tunis (Chronologie)

Photo by Kaeun YuLibyan Americans protest for Libya's democracy in front of Libyan Embassy in Washington D.C., as they raise up pre-Gaddafi era flag.
Talk Radio News Service/Flickr
Photo by Kaeun YuLibyan Americans protest for Libya's democracy in front of Libyan Embassy in Washington D.C., as they raise up pre-Gaddafi era flag.

La Libye dont les deux autorités rivales ont annoncé dimanche avoir signé un projet d'accord pour mettre fin à leur conflit, a sombré dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

--2011--

- 23 oct: le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération" du pays, trois jours après la mort de Mouammar Kadhafi, tué dans sa région d'origine, Syrte.

Celui-ci faisait face depuis février à un soulèvement devenu conflit armé qui a abouti à la chute de Tripoli en août, grâce à l'appui de l'Otan. Le conflit a fait en huit mois plus de 30.000 morts (CNT).

--2012--

- 7 juil: élections législatives pour désigner un Congrès général national (CGN) auquel le CNT remet les pouvoirs le 8 août.

- 11 sept: quatre Américains dont l'ambassadeur Christopher Stevens sont tués dans une attaque contre leur consulat à Benghazi (est).

--2013--

- fin juil: blocage de terminaux pétroliers dans l'est libyen avec des revendications autonomistes. La crise dure un an.

--2014--

- 16 mai: Khalifa Haftar, un général dissident auquel se sont ralliées des unités de l'armée, lance une opération contre les groupes islamistes dans l'est, où des attaques visent régulièrement forces de sécurité et intérêts occidentaux.

- 25 juin: un nouveau Parlement est élu, boycotté par les islamistes.

- juillet: Benghazi, deuxième ville du pays, tombe aux mains de milices islamistes.

- fin août: après des semaines de combats, Fajr Libya, une coalition hétéroclite de milices dont certaines islamistes, s'empare de la capitale Tripoli et réinstalle le CGN.

Le gouvernement d'Abdallah al-Theni et le Parlement élu en juin, seuls reconnus par la communauté internationale, s'exilent dans l'est. Le pays compte désormais deux gouvernements et deux Parlements.

--2015--

- 27 jan: neuf personnes, dont deux Philippines, un Américain, un Français et un Sud-Coréen, sont tuées par un commando qui prend d'assaut l'hôtel Corinthia à Tripoli. L'attaque est revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) dont Washington a dénoncé fin 2014 l'installation à Derna (est).

En février, des jihadistes affiliés à l'EI revendiquent l'exécution de 21 chrétiens coptes, dont 20 Egyptiens, et en avril, de 28 chrétiens éthiopiens.

- 9 mars: le gouvernement Theni nomme le général Haftar chef de l'armée.

- 9 juin: l'EI annonce avoir pris Syrte après des combats avec Fajr Libya. En juillet, l'organisation indique avoir été chassée de Derna.

- 11 juil: après dix mois de négociations sous l'égide de l'ONU, un accord de paix et de réconciliation est élaboré mais rejeté par les autorités de Tripoli.

- 8 oct: l'émissaire de l'ONU arrache un accord sur un gouvernement d'union qui sera rejeté par les deux Parlements.

- 13 nov: les Etats-Unis bombardent pour la première fois l'EI en Libye, et affirment avoir tué le chef local, l'Irakien Abou Nabil.

- 23 nov: Touareg et Toubou signent à Doha un accord de réconciliation après des mois de combats dans le sud-ouest.

- 2 déc: l'Italie annonce la tenue le 13 décembre à Rome d'une conférence associant décideurs internationaux et régionaux.

Les Occidentaux et les pays voisins s'alarment de la montée en puissance de l'EI qui ne cesse de se renforcer dans son fief de Syrte. Les forces gouvernementales mènent des raids aériens contre ses positions.

- 6 déc: les deux autorités rivales qui se rencontrent en Tunisie pour la première fois sans la présence de tierces parties, annoncent être parvenues à un accord, établissant un processus politique. La "déclaration de principe" qui prévoit la formation d'un gouvernement d'union nationale, doit être approuvée par les deux Parlements.

LIRE AUSSI:Libye: À Tunis,une sortie de crise politique semble être trouvée

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.