ALGÉRIE
03/12/2015 02h:38 CET | Actualisé 03/12/2015 02h:38 CET

Fifa: nouvelle vague d'arrestations de responsables en Suisse

Le logo de la Fifa devant l'entrée de l'instance à Zurich le 8 octobre 2015
AFP
Le logo de la Fifa devant l'entrée de l'instance à Zurich le 8 octobre 2015

Une nouvelle vague d'arrestations d'une douzaine de responsables, actuels et anciens, de la Fédération internationale de football (Fifa) a eu lieu jeudi matin en Suisse, a rapporté le New York Times sur son site internet.

Cette opération a été menée à la demande de la justice américaine et intervient sept mois après une première vague d'arrestations pour fraude, corruption et blanchiment d'argent de dix-huit personnes, dont des dirigeants de la Fifa.

L'opération a débuté à 06h00 (05h00 GMT) et a visé notamment l'hôtel Baur au Lac qui avait déjà été le théâtre de la première vague d'arrestations le 27 mai dernier.

Sepp Blatter, président démissionnaire et suspendu de la Fifa, ne figure pas parmi les personnes interpellées à Zurich, a précisé le New York Times.

Le quotidien américain a indiqué que les personnes visées par ses arrestations étaient en grande partie des représentants des fédérations d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale.

Le New York Times a également indiqué en citant des sources anonymes que la justice américaine allait procéder à des inculpations jeudi matin.

Comme en mai, cette opération survient alors que la Fifa réunit son comité exécutif pendant deux jours, les 2 et 3 décembre à Zurich.

Lors de ce comité exécutif, le Fifa doit se pencher sur les réformes cruciales pour son avenir rendues nécessaire par le scandale qui a éclaté en mai à l'instigation de la justice américaine.

Les enquêteurs américains ont mis en évidence que des dirigeants du football mondial avaient reçu des pots-de-vins et commissions pour l'attribution de phases finales de Coupe du monde et la cession de droits TV et commerciaux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.